10 ans après Fukushima, on protège les ligériens ?

11 mars 2011, après un violent séisme au Japon, un tsunami déferle sur la côte Est de l’archipel. Des vagues de 15 mètres de haut submergent la centrale nucléaire de Fukushima et provoquent des dégâts effroyables. Il s’agit de la plus grande catastrophe nucléaire depuis l’explosion de la centrale de Tchernobyl en 1986.

Près de chez nous, la centrale nucléaire de Saint-Alban se trouve sur les communes de Saint-Alban-du-Rhône et de Saint-Maurice-l’Exil. Elle produit 17,7 milliards de kWh soit 30% des besoins de la région Rhône-Alpes.

Certains pensent qu’il est difficile aujourd’hui de s’en défaire

Dans notre département, 113 936 habitants autour de la centrale nucléaire ont reçu leurs pastilles, par prévention, pour tenir compte du retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima.

Un débat ouvert

La plus vieille centrale nucléaire de France, Fessenheim, sera fermée fin 2040. EDF, qui gère le démantèlement, prévoit que l’opération va s’étendre sur 20 ans. Première étape : mettre à l’arrêt les réacteurs. Après le premier, ce sera au tour du réacteur n°2 de s’éteindre.

Les risques du nucléaire existent à plusieurs niveaux : sanitaire, environnemental, sécuritaire…  La durée de vie légale des centrales nucléaires en France est de 40 ans. Les centrales françaises sont vieilles et ont presque cette moyenne d’âge, les risques sont donc nombreux !

La pollution radioactive

Il n’y a pas de seconde chance possible avec le nucléaire. L’accident de Tchernobyl en 1986 en Ukraine ou dernièrement en 2011 à Fukushima au Japon en sont des exemples. Que le problème provienne d’une erreur humaine ou d’une catastrophe naturelle, le résultat est le même, la situation sanitaire est un désastre. Sur l’ensemble du continent européen, on parle de 9 000 à 90 000 décès imputables directement à la pollution radioactive liée à Tchernobyl. Les problèmes sanitaires liés à cet accident se font d’ailleurs encore ressentir en France notamment au niveau des cancers de la thyroïde.

Les pro-nucléaires avancent pourtant l’argument que cette technologie est peu polluante à la différence du charbon. De la même façon que le photovoltaïque et l’éolien, le nucléaire ne produit pas directement de CO2. En définitive, le nucléaire est moins polluant que le charbon, mais la peur d’une catastrophe est bien réelle. Il y a eu des exemples. Vous pouvez en débattre sur la page Facebook de 42info.fr

 

Les autres infos
Les autres infos