Aberrations, stigmatisation : les dessous de la fermeture des centres commerciaux (+ Top des enseignes touchées)

“Consternation”, “règles d’application kafkaïennes”, “Stigmatisation” : voilà les mots utilisés pour qualifier la décision du gouvernement de fermer les centres commerciaux, il y a déjà deux semaines. Récit à lire sur 42info.fr.

Un décret trop rapidement écrit

Première sidération à la lecture du décret : le vocabulaire utilisé était clairement administratif et non commercial. Ce qui a donné lieu à autant d’interprétations que de préfectures, entre celles qui ont pris les seules surfaces des boutiques et les autres y ajoutant les espaces communs et locaux techniques. 
Preuve du flou autour de la mesure : un centre commercial du Val d’Oise a été prié de fermer le dimanche matin pour finalement rouvrir en milieu de semaine suivante. 

Des règles incompréhensibles

Des règles d’application aussi illogiques : les pharmacies peuvent ouvrir, mais pas les opticiens. 

Chez Ikea, la fermeture a été une surprise : en effet, le porte-parole explique à LSA-Conso ” Nous n’aurions pas été obligés de fermer si la seule surface commerciale avait été retenue. Mais comme nous avons des dépôts attenants aux magasins, ils dépassent tous les 20 000 m².”

Même sentiment d’injustice pour des boutiques, qui appartiennent à des centres commerciaux, mais dont l’accès principal se situe à l’extérieur. Si elles étaient situés dans un retail park (comme Steel), elles ne seraient pas concernées par la mesure.

Quid de la durée de la mesure ? 

Prévue pour trois semaines, le décret prévoit finalement une fermeture pour le mois de février. Rien n’a été annoncé au gouvernement pour le mois de mars. 

Un “troisième confinement” pour les magasins

“Après deux phases de fermetures de plus de trois mois en 2020, cette nouvelle vague porte le coup de grâce à un secteur dont les contributions sociales (plus de 3 millions d’emplois) et fiscales (50 milliards d’euros par an) sont cruciales pour l’économie française », estime le Conseil National des Centres commerciaux à nos confrères de LSA-Conso.fr

De la débrouillardise pour assurer la livraison

Le click’n’collect étant impossible à l’intérieur, il y a lieu sur le parking, sans contact pour Ikea. 

Pour FNAC-Darty, le magasin propose la solution des “magasins-report”.

Chez Krys, les clients sont appelés un par un pour une remise dans le parking ou à l’entrée des centres commerciaux.

BONUS : Le top des marques les plus touchées

4 boutiques fermées sur 10 vendent du textile, et 3 sur 10 des cosmétiques. 

Histoire d’Or voit 234 boutiques fermées, suivi d’Yves Rocher, 226 puis Promod avec 180 boutiques.

En superficie, c’est H&M, Decathlon et Ikea qui sont les enseignes les plus touchées. 

Les autres infos
Les autres infos