Accusé de viol, ce méde­cin échappe à la déten­tion provisoire

Un méde­cin roan­nais a été inter­pe­lé mar­di 6 avril au terme d’une enquête menée par la gen­dar­me­rie. Celui-ci avait, en effet, été accu­sé de viol sur une de ses patientes qui avaient décla­ré les faits en décembre dernier.

Deux plaintes simi­laires avaient déjà été dépo­sées à son encontre en 2012

Ce n’est effec­ti­ve­ment pas la pre­mière fois que le méde­cin se retrouve dans ce genre d’histoires. En 2012, il se trou­vait déjà mêlé à deux his­toires du même genre. Des plaintes qui ont abou­ti, pour l’une, à l’ouverture d’une infor­ma­tion judi­ciaire en 2013 et l’autre, à une ordon­nance de non-lieu ren­due en 2014.

Il frôle le pla­ce­ment en déten­tion provisoire

Après avoir été mis en exa­men, le méde­cin d’une qua­ran­taine d’années est remis en liber­té sous contrôle judi­ciaire qui com­prend notam­ment, selon les dires de nos confrères du Progrès, l’interdiction de paraitre sur la com­mune de rési­dence de la vic­time et d’entre en contact avec elle, ain­si que l’interdiction d’exercer à l’hôpital.

Les autres infos
Les autres infos