Agressions sexuelles : scan­dale au Pôle France de Saint-Etienne 

Nos confrères L’équipe dévoile ce mar­di que de nom­breuses ex-gym­nastes auraient été vic­times de vio­lences sexuelles de la part d’un béné­vole du club sté­pha­nois. Les faits se sont dérou­lés il y a trente ans, lorsque les jeunes femmes étaient mineures. Les spor­tives Morgane André et Caroline Jacquey l’accusent à la fois de viol et d’agressions. Robert Colon, le béné­vole, âgé à l’époque de 46 ans, nie en bloc. ‘

 

Une entraî­neuse aurait été au cou­rant mais aurait caché les faits. 

Muriel Cavallo, qui était entraî­neuse spor­tive à l’époque, aurait été infor­mée du dérou­lé de l’affaire de Mr Robert Colon mais n’a jamais rien dit. « On est ici sur un scan­dale lamen­table » explique une licen­ciée de l’époque. « Évidement que plu­sieurs per­sonnes savaient mais c’est res­té caché, on était à une autre époque et c’est triste » explique cette femme jointe par télé­phone par 42info.fr.

 

Un dos­sier qui avait été clas­sé sans suite par le par­quet de Saint-Etienne

« Là aus­si c’est un scan­dale, pour­quoi le par­quet de Saint-Etienne ne nous a pas écou­tées ? » explique la licen­ciée à 42info.fr. La fédé­ra­tion fran­çaise de gym­nas­tique avait trans­mis le dos­sier au par­quet de Saint-Etienne qui l’avait clas­sé sans suite en juin 2020. « Le juge de l’époque doit s’inquiéter dans son joli salon luxueux, mais aujour­dui, avec les réseaux sociaux, l’affaire va prendre une autre tournure ».

Les autres infos