Audio : des nou­velles de l’école de musique de Solaure après les cambriolages

Pour rap­pel : deux cam­brio­lages ont été com­mis. Le pre­mier dans la nuit du 16 au 17 octobre et un deuxième dans la nuit du 21 au 22 octobre. Dans le pre­mier cam­brio­lage, il y a eu une entrée par infrac­tion dans la mai­son de quar­tier, puis, dans l’école de musique. Marie-Aline Bayon nous a expli­qué que les cam­brio­leurs sont par­tis avec 12 000 euros de maté­riel. Dans le deuxième cam­brio­lage, « Ils ont tout sac­ca­gé. Une fenêtre, tout ce qui est portes, ils ont vidé les extinc­teurs, ça a été un vrai car­nage » déplore la directrice.

Dans un cour­rier, la semaine der­nière, l’élu à la culture, Marc Chassaubéné, avait pris comme enga­ge­ment, auprès de la pré­si­dente de l’école de musique de Solaure, que le ren­dez-vous avec les experts en assu­rance ne dépas­se­rait pas les quinze jours. « Aujourd’hui on est inquiet » nous dit Marie-Aline Bayon « Est-ce que les struc­tures qui nous hébergent actuel­le­ment pour­ront nous gar­der chez eux plus long­temps. Ensuite il y a la pro­blé­ma­tique de l’organisation des familles. Car quand on se rend à l’école de musique de Solaure ou à l’Opéra théâtre de Saint-Etienne, ce n’est pas la même chose, ça pose, pour cer­taines familles, des pro­blèmes d’organisation afin de se dépla­cer ». 

Pour la direc­trice, il y a aus­si un pro­blème de sto­ckage. « Notre maté­riel est chez les ensei­gnants, Il aurait fal­lu que ce maté­riel soit sto­cké par la ville et cela ne nous a pas été auto­ri­sé ». Aujourd’hui, le pro­jet de l’école de musique connec­tée est en stand-by car il n’y a plus d’équipement. « On a fait tout le dos­sier mais on ne sait pas sous quel délai on va être indem­ni­sés ». La direc­trice rajoute que, évi­dem­ment, ce maté­riel numé­rique va être rache­té mais la muni­ci­pa­li­té n’a pas don­né de garan­ties sur sa pro­tec­tion. « Hier, quand l’élu est venu, on n’a rien eu de concret sur la créa­tion d’un bâti­ment véri­ta­ble­ment sécu­ri­sé. La mise sous alarme devait être opé­ra­tion­nelle en même temps que le rem­pla­ce­ment des portes et de la fenêtre, c’est-à-dire, au bout de quinze jours après l’expertise comme pro­mis, mais aujourd’hui rien n’est fait dans ce sens ». 150 élèves suivent des cours dans l’école de musique de Solaure, un nombre qui devrait aler­ter la muni­ci­pa­li­té sur sa popu­la­ri­té. Marie-Aline Bayon se sent désem­pa­rée par les ques­tions lais­sées sans réponse par la ville de Saint-Etienne. Une péti­tion est à signer en cli­quant ici. Avec déjà plus de 1100 signataires.



Les autres infos
Les autres infos