Black Friday : comment Casino prépare cette folle journée

Chez Cdis­count, filiale à 100% du groupe sté­pha­nois Casi­no, « c’est l’une des plus grosses jour­nées de l’année ». en 2017, l’entreprise a géné­ré 43 mil­lions d’euros sur un seul ven­dre­di. Casi­no devra envoyer cinq fois plus de colis qu’en temps nor­mal. « C’est de la folie, en 24h, on a 8 mil­lions de connec­tions » nous explique-t-on chez CDis­count.

Lors de ce week-end qui attire chaque année de plus en plus de clients, c’est une hausse de 312% des ventes par rap­port à un week-end nor­mal de vente.

« Le Black Fri­day dépasse toutes les pro­mo­tions de l’année »

Dans les entre­pôts de Cdis­count, tout est déjà prêt. Télé­vi­seurs, ordi­na­teurs, casques audio, consoles de jeu, trot­ti­nettes élec­triques. « On a beau­coup de demandes en ce qui concerne l’image et son » explique l’un des employés.  Des mil­liers de rayon­nages où sont entas­sés tous les pro­duits prêts à être expé­diés. « On a pris de l’avance, on a déjà tout en stock. Dans quelques jours, tout sera empa­que­té pour par­tir chez les clients. Plus de 2000 sala­riés de toute la France vont tra­vailler 24h/24 pour que toutes les livrai­sons se passent sans couac ».

Le Black Fri­day est né aux Etats-Unis avec les grands maga­sins qui écoulent des stocks à prix cas­sés à l’occasion de Thanks­gi­ving. Avec inter­net, le Black Fri­day s’est ins­tal­lé en Europe dès 2013. C’est Ama­zon qui a été le pre­mier à dégai­ner. Et petit à petit, les com­mer­çants locaux ont com­men­cé à y par­ti­ci­per. A Roanne et Saint-Etienne, les bou­tiques pro­posent des prix cas­sés, notam­ment dans l’habillement.

Black Fri­day

Com­ment expli­quer un tel suc­cès. Sans doute la proxi­mi­té des fêtes de Noël. Chez Casi­no, on nous explique que les consom­ma­teurs anti­cipent de plus en plus pour ache­ter les cadeaux de Noël. « On axe aus­si beau­coup nos cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion sur les jeunes qui achètent sur­tout sur inter­net et dans le domaine de la high-tech ». A Saint-Etienne, cer­tains com­mer­çants ne sont pas équi­pés pour faire face au Black Fri­day. Pour Julie, com­mer­çante en centre-ville, « la bou­tique est trop petite pour sto­ker tous les pro­duits, alors que la demande est forte. C’est dom­mage car on fait de gros béné­fices sur cette jour­née ».

Des prix gon­flés ?

Pour l’association de consom­ma­teurs « Que Choi­sir », il faut faire atten­tion au prix. Les com­merces n’ont pas le droit de vendre à perte. Et il est par­fois pos­sible que cer­tains e-com­merces gonflent arti­fi­ciel­le­ment cer­tains prix pour pro­po­ser de faux rabais ensuite. Pour évi­ter de se faire avoir, il y a une tech­nique toute simple. « Regar­der les tarifs des pro­duits avant le Black Fri­day et com­pa­rer ensuite le jour du rabais ». Dans la Loire comme par­tout en France, le Black Fri­day vous donne ren­dez-vous le ven­dre­di 23 novembre 2018. Bon shop­ping.



Les autres infos