Bordeaux fait une belle opé­ra­tion à Saint-Etienne

Saint-Étienne et les Girondins de Bordeaux s’af­fron­taient en ce début d’a­près-midi pour une des posi­tions qua­li­fi­ca­tives pour la pro­chaine Ligue Europa. Les Bordelais se sont impo­sés grâce à Costil qui a stop­pé un penal­ty en toute fin de match (3–1).

Pour le cinq mai, en réfé­rence à la tra­gé­die de Furiani, aucun match de foot­ball pro­fes­sion­nel ne se jouait dans l’hexagone. Par consé­quent, toutes les for­ma­tions, hor­mis le PSG et Amiens qui s’étaient ren­con­trés ven­dre­di (2–2), s’affrontent ce dimanche. À 15h00, l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) rece­vait les Girondins de Bordeaux dans une ren­contre à enjeux puisque les deux équipes visent une qua­li­fi­ca­tion pour la pro­chaine Ligue Europa. Ainsi, on s’attendait à beau­coup de jeu, mais sur­tout deux for­ma­tions por­tées vers l’attaque. Et la pre­mière période ne nous a pas vrai­ment déçus. Même si les pre­miers ins­tants de la ren­contre étaient un peu brouillons, et que l’arbitre de cette confron­ta­tion oubliait un penal­ty pour les Girondins de Bordeaux, on allait avoir du spectacle.

En effet, après un déca­lage en talon­nade de Monnet-Paquet, Beric contrô­lait le cuir puis était lit­té­ra­le­ment décou­pé par Pablo dans la sur­face et obte­nait donc un penal­ty méri­té (27e). Rémy Cabella envoyait une frappe pleine de puis­sance dans la lucarne (1–0, 28e). Mais, étran­ge­ment, les Stéphanois allaient se liqué­fier par la suite. Sur un bon centre venu de la droite, Younousse Sankharé, seul aux six mètres, repre­nait de la tête pour éga­li­ser (1–1, 30e). Les visi­teurs comp­taient ensuite mettre la tête sous l’eau de leur hôte du jour. Suite à un cor­ner, Jules Koundé récu­pé­rait la mai­trise du bal­lon et envoyait le bal­lon sous la barre de Ruffier (1–2, 27e). À la pause, les hommes de Gustavo Poyet menaient logi­que­ment et auraient même pu comp­ter un but de plus si les élé­ments offen­sifs avaient été un peu plus justes.

L’ASSE a tout tenté

Au retour des ves­tiaires, Jean-Louis Gasset, le coach de l’ASSE ten­tait quelque chose en fai­sant ren­trer Jonathan Bamba à la place de Selnaes mais cela ne don­nait pas vrai­ment grand-chose dans cette pre­mière par­tie de la seconde période. En effet, les Verts mon­traient plus d’envie, mais ne par­ve­naient pas à prendre de vitesse un bloc bor­de­lais com­pact et qui défen­dait en équipe son avan­tage au score bien méri­té. Bien que les Verts arpen­taient en long, en large et en tra­vers la sur­face bor­de­laise mais trou­vaient tou­jours sur leur route un corps ou un pied d’un adver­saire quand ce n’était pas récol­té par Benoit Costil.

Les hommes de Poyet, eux, ten­taient leur chance en contre-attaque, mais ils étaient bien moins pré­cis et effi­caces qu’en pre­mière période et ne par­ve­naient donc pas à ennuyer outre mesure Stéphane Ruffier. Les dix der­nières minutes parais­saient très longues tant les ten­ta­tives étaient peu concluantes et les joueurs res­taient au sol. Jusqu’à cette 83e minute. Jonathan Bamba péné­trait dans la sur­face, excen­tré sur la droite, et envoyait une belle frappe croi­sée qui venait heur­ter le poteau de Costil avant de sor­tir du cadre (83e). On pen­sait que l’ASSE allait reve­nir et même en obte­nant un penal­ty pour une main de Lewczuk (88e), Rémy Cabella voyait sa ten­ta­tive arrê­tée (89e). C’est même les Girondins qui allaient à nou­veau trou­ver la faille. Malcom se retrou­vait à plus de vingt mètres et envoyait une frappe à ras de terre qui trom­pait Ruffier pas irré­pro­chable sur le coup (1–3, 90e +4). Avec cette vic­toire trois buts à un, Bordeaux reste dans la course à la qua­li­fi­ca­tion en C3.



Les autres infos