Clémentine Autain : « L’hypermarché est un lieu à la croisée des dysfonctionnements contemporains »

Clé­men­tine Autain, députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis pub­lie un livre aux édi­tions Gras­set « À gauche en sor­tant de l’hypermarché» et sou­tient sans réserve Jean-Luc Mélen­chon pour 2022. Pour la femme poli­tique : « Aucune force à gauche ne peut gag­n­er seule » le lieu de l’histoire, un super­marché. Ce n’est pas anodin.

Un résumé du livre qui est disponible partout en click n col­lect : « J’ai déposé mes cours­es sur le tapis roulant, la jeune femme a encais­sé. J’avais envie de lui dire : moi, je n’encaisse pas. Parce que je ne suis pas à sa place, et surtout parce que je ne sup­porte pas les normes de cette société qui font d’elle et de ses col­lègues des sans voix, peu recon­nues, peu pro­tégées.

Les cais­sières illus­trent ce qui ne tourne pas rond dans une société où l’on ne cesse de nous assén­er : ne pense pas, dépense. La caisse enreg­istre cet argent roi qui nous fait per­dre le sens de la vie, et la déshu­man­i­sa­tion en marche s’incarne à tra­vers ces « petites mains » que nous con­fon­dons avec leur out­il de tra­vail. Leur quo­ti­di­en rap­porté à leur salaire illus­tre une effrayante hiérar­chie des valeurs. Et sur le tapis roulant, elles voient pass­er toute la démesure con­sumériste d’un monde qui court à sa perte. L’écosystème, pas plus que nos désirs, ne peut sup­port­er une telle gabe­gie, tan­dis que de plus en plus de per­son­nes, de familles ne parvi­en­nent pas à boucler leurs fins de mois. »

Haut lieu du con­sumérisme débridé et de la frus­tra­tion, l’hypermarché matéri­alise la folie cap­i­tal­iste. C’est l’espace de toutes les pro­mo­tions, sauf pour les cais­sières. Dans l’un des plus grands groupes mon­di­aux de dis­tri­b­u­tion, il a fal­lu 15 jours de grève pour obtenir 45 cen­times d’euros en plus sur les tick­ets restau­rants ! L’hypermarché, c’est aus­si là où l’on voudrait nous faire croire que crois­sance infinie est syn­onyme de mieux-être sur une planète aux ressources lim­itées. Il est urgent de rompre le lien entre le plus et le mieux. Et ce n’est pas l’essor de l’e‑commerce, avec son pro­fi­lage numérique dit intel­li­gent, qui frein­era le mar­ket­ing agres­sif fab­ri­quant la pul­sion d’achat, le gâchis, les iné­gal­ités… quand il promet plutôt la sur­veil­lance général­isée.

« Rien ne sera comme avant », a juré Emmanuel Macron pen­dant la crise san­i­taire. Pour­tant, depuis des décen­nies, les gou­verne­ments suc­ces­sifs n’ont cessé d’encourager la loi du prof­it, la marchan­di­s­a­tion de tout et le déman­tèle­ment des biens com­muns.

À tra­vers le prisme de l’hypermarché, Clé­men­tine Autain mon­tre ce qui doit chang­er, main­tenant. Au fil d’un réc­it mêlant l’intime et le poli­tique, elle appelle à une trans­for­ma­tion pro­fonde, sociale et écol­o­giste, qui ne résul­tera pas de l’addition de gestes indi­vidu­els, mais de la con­science et de l’action col­lec­tive.

Les autres infos