Coronavirus : quand la politique reprend ses droits dans la Loire

Saint-Etienne: des arrêtes municipaux en raison de la neige

Depuis le début du con­fine­ment, les poli­tiques nationaux et locaux ont, un peu, mis entre par­en­thès­es leurs cri­tiques et leurs posi­tion­nement élec­toral. Mais, avec la per­spec­tive du décon­fine­ment, les langues com­men­cent à sa déli­er.

Maire de Saint-Eti­enne et vice-prési­dent des LR, Gaël Per­dri­au occupe le devant de la scène médi­a­tique. Il vient de pub­li­er coup sur coup des tri­bunes dans Atlanti­co, Envis­cope, la Tri­bune. Après la con­férence de presse d’Edouard Philippe, l’élu ligérien s’est mon­tré très cri­tique vis à vis de l’E­tat au micro de France Info. Sur une dépêche AFP, il est allé jusqu’à par­ler de “bor­del général”.

La gauche stéphanoise bouge aus­si. Une franche de can­di­dats de la liste Saint Eti­enne citoyenne, plus pré­cisé­ment auprès des électeurs qui ont pris le risque d’aller vot­er le 15 mars. Pier­rick Cour­bon et Olivi­er Lon­geon deman­dent depuis un moment la con­vo­ca­tion d’un con­seil munic­i­pal stéphanois extra­or­di­naire. Et aujour­d’hui, c’est le député LREM Jean-Michel Mis qui apporte son sou­tien à cette démarche. A la gauche de la gauche, les jeuness­es com­mu­nistes et Antifa vien­nent de créer une “brigade de sol­i­dar­ité” pour venir con­crète­ment en aide aux plus pau­vres des Stéphanois. Cette ini­tia­tive com­plète le tra­vail des asso­ci­a­tions human­i­taires qui ont dû fer­mer leurs locaux. On le voit, la poli­tique revient sur scène.

Pat Françon

Les autres infos