Le coronavirus rode à l’université Jean-Monnet

Plusieurs personnes de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne auraient été infectées par le coronavirus. Alors que l’inquiétude monte, les autorités et la direction de l’université n’ont encore communiqué aucune information officielle ce mercredi 11 mars.

Selon diverses sources, 6 personnes auraient contracté la maladie à l’université de Saint-Etienne, dont des enseignants et personnels de l’université. Alors que le nombre de cas de contamination au coronavirus a doublé dans la Loire, c’est peut-être le début d’une psychose…  Le campus de la faculté des sciences et celui de tréfilerie en centre-ville seraient concernés par des cas. L’inquiétude domine parmi les universitaires. De nombreux étudiants rapportent les rumeurs, et les enseignants réclament une communication : “il faudrait qu’on sache où on en est, pour calmer la situation”, explique Sylvain Excoffon, représentant du syndicat Force Ouvrière.

Des pays ferment leurs frontières

La nouvelle est tombée comme un couperet. Le gouvernement indien a fermé ses frontières à tous les ressortissants français, allemands et espagnols. Même les visas déjà délivrés (après le 1er février) sont suspendus avec effet immédiat.

Sarah Boï, doctorante en littérature âgée de 28 ans, avait prévu des vacances en Inde, acheté un billet et réservé un hôtel.  Je ne m’y attendais pas, ce sont mes vacances et mes économies qui s’envolent, déplore-t-elle.

La décision inquiète aussi les Français résidant en Inde. Urbain Adrian, 31 ans, marié à une indienne, est entrepreneur à Bangalore. Il vient de se rendre au Vietnam pour le travail.  À l’heure actuelle, mon visa est annulé et je ne peux pas revenir en Inde, explique-t-il. Il va falloir me rendre au consulat de France pour prouver que je ne suis pas allé en France récemment.