Le coro­na­vi­rus rode à l’u­ni­ver­si­té Jean-Monnet

Plusieurs per­sonnes de l’u­ni­ver­si­té Jean Monnet de Saint-Etienne auraient été infec­tées par le coro­na­vi­rus. Alors que l’in­quié­tude monte, les auto­ri­tés et la direc­tion de l’u­ni­ver­si­té n’ont encore com­mu­ni­qué aucune infor­ma­tion offi­cielle ce mer­cre­di 11 mars.

Selon diverses sources, 6 per­sonnes auraient contrac­té la mala­die à l’u­ni­ver­si­té de Saint-Etienne, dont des ensei­gnants et per­son­nels de l’u­ni­ver­si­té. Alors que le nombre de cas de conta­mi­na­tion au coro­na­vi­rus a dou­blé dans la Loire, c’est peut-être le début d’une psy­chose…  Le cam­pus de la facul­té des sciences et celui de tré­fi­le­rie en centre-ville seraient concer­nés par des cas. L’inquiétude domine par­mi les uni­ver­si­taires. De nom­breux étu­diants rap­portent les rumeurs, et les ensei­gnants réclament une com­mu­ni­ca­tion : “il fau­drait qu’on sache où on en est, pour cal­mer la situa­tion”, explique Sylvain Excoffon, repré­sen­tant du syn­di­cat Force Ouvrière.

Des pays ferment leurs fron­tières

La nou­velle est tom­bée comme un cou­pe­ret. Le gou­ver­ne­ment indien a fer­mé ses fron­tières à tous les res­sor­tis­sants fran­çais, alle­mands et espa­gnols. Même les visas déjà déli­vrés (après le 1er février) sont sus­pen­dus avec effet immédiat.

Sarah Boï, doc­to­rante en lit­té­ra­ture âgée de 28 ans, avait pré­vu des vacances en Inde, ache­té un billet et réser­vé un hôtel.  Je ne m’y atten­dais pas, ce sont mes vacances et mes éco­no­mies qui s’envolent, déplore-t-elle.

La déci­sion inquiète aus­si les Français rési­dant en Inde. Urbain Adrian, 31 ans, marié à une indienne, est entre­pre­neur à Bangalore. Il vient de se rendre au Vietnam pour le tra­vail.  À l’heure actuelle, mon visa est annu­lé et je ne peux pas reve­nir en Inde, explique-t-il. Il va fal­loir me rendre au consu­lat de France pour prou­ver que je ne suis pas allé en France récemment. 

Les autres infos
Les autres infos