Covid-19 : comment bien entretenir son masque en tissus, nos conseils

Le masque pro­tège du coro­n­avirus seule­ment s’il est bien net­toyé, à la main ou en machine. Com­ment bien laver un masque en tis­su ? Jetable ? Dans une casse­role à l’eau bouil­lante ? A la machine à 60° ? Faut-il le repass­er ? 

Le masque est devenu un allié con­tre le Covid-19, un équipement oblig­a­toire dans les lieux publics clos, les rues, en entre­prise et à l’é­cole pour les enfants à par­tir de 6 ans. On le porte désor­mais partout. Il est donc impor­tant de bien laver son masque pour qu’il reste effi­cace et fasse bar­rière aux virus. S’il n’est pas bien entretenu, ses capac­ités de fil­tra­tion peu­vent être altérées et il ne pro­tège pas. Com­ment le laver effi­cace­ment ? A la main ou à la machine à laver ? A quelle tem­péra­ture et pen­dant com­bi­en de temps ? Peut-on laver un masque jetable ? Doit-on le laver avant sa pre­mière util­i­sa­tion ? 

Le laver avant la première utilisation ?

Il est recom­mandé de laver un masque neuf avant sa pre­mière util­i­sa­tion, que vous ayez con­fec­tion­né vous-même le masque, qu’on vous l’ait offert ou que vous l’ayez acheté à un arti­san ou dans un com­merce, recom­mande l’Afnor sur son site inter­net. Cela per­met de s’as­sur­er que le masque est par­faite­ment sain et pro­pre, mais aus­si d’élim­in­er les risques d’al­lergie poten­tielle­ment causés par les tis­sus neufs. Il est tou­jours pos­si­ble qu’un masque, même neuf, ait été con­t­a­m­iné si les con­di­tions de trans­port ou de con­di­tion­nement étaient mau­vais­es.

Faut-il laver un masque jetable ?

Non offi­cielle­ment. Néan­moins, le masque chirur­gi­cal pou­vait rester très effi­cace en ter­mes de fil­trage, même après avoir été lavé” (jusqu’à 5 lavages). Il resterait même plus effi­cace que les autres. Son niveau de fil­tra­tion baisse mais reste supérieur à celui des masques en tis­su qui, eux, ne fil­trent que 90 % des par­tic­ules de 3 microns. Sa matière (le Melt Blown) est un voile non tis­sé serait capa­ble de fil­tr­er jusqu’à 95% des par­tic­ules de moins de 3 microns. La charge élec­tro­sta­tique aug­mente par ailleurs sa capac­ité de fil­tra­tion. Pru­dence tout de même car pour le moment, les autorités san­i­taires ne recom­man­dent pas de laver ses masques chirur­gi­caux. Le masque chirur­gi­cal ou FFP2 est jetable. Au bout de 4 heures, il faut l’ôter et le jeter car ils devi­en­nent humides et donc beau­coup moins effi­caces. Et s’ils sont lavés ou dés­in­fec­tés, ces masques perdraient leur capac­ité de fil­tra­tion. Pour ne pas altér­er leur niveau de fil­tra­tion, il faudrait des traite­ments très puis­sants, à base d’oxyde d’éthylène. Ce qui n’est absol­u­ment pas envis­age­able à la mai­son, donc les masques chirur­gi­caux ou de type FFP2 doivent être à usage unique.

Comment laver un masque ?

Les recom­man­da­tions offi­cielles, notam­ment celles de l’As­so­ci­a­tion française de nor­mal­i­sa­tion (AFNOR), “pré­con­i­saient de laver son masque en tis­su après chaque util­i­sa­tion en machine à une tem­péra­ture de 60° et dans un cycle d’au moins de 30 min­utes, avec un pro­duit lessive clas­sique. A cette tem­péra­ture et avec les mou­ve­ments rotat­ifs très rapi­des de la machine à laver, le virus sera détru­it. L’académie nationale de médecine a expliqué dans un com­mu­niqué pub­lié le 7 sep­tem­bre que les masques “peu­vent être lavés à la main ou en machine, avec un déter­gent, comme le linge de corps” autrement dit à 30 ou 40°C. De plus, il n’est pas néces­saire de laver son masque tout seul, il peut très bien être lavé avec d’autres vête­ments, des servi­ettes de bain ou des draps par exem­ple.

Peut-on laver un masque à la main ?

Selon l’A­cadémie nationale de Médecine, les masques en tis­su peu­vent très bien être “lavés à la main, avec un déter­gent”. Selon l’AFNOR, le masque doit être sec en moins de deux heures pour préserv­er son effi­cac­ité. “Un séchage rapi­de est tou­jours con­seil­lé, compte tenu du fait que les virus et bac­téries pro­lifèrent plus rapi­de­ment dans un milieu humide. Mais si on a respec­té les con­di­tions de lavage, l’a­gent infec­tieux a déjà été détru­it. Il ne faut donc pas être trop anx­ieux avec le temps de séchage”, ras­sure un médecin.

 

Faut-til le repasser ?

Si le masque le sup­porte, on peut le repass­er avec un fer à repass­er ou à vapeur à une tem­péra­ture de 120° env­i­ron pour achev­er la dés­in­fec­tion. A cette chaleur, les virus sont rapi­de­ment détru­its. Toute­fois, véri­fiez bien que le tis­su tolère un repas­sage, sinon il ris­querait de fon­dre ou de rétré­cir selon sa com­po­si­tion. Atten­tion, un repas­sage ne se sub­stitue en aucun cas à un lavage à 60° en machine. 

Au bout de combien de temps il faut laver le masque ?

Selon les normes AFNOR, la durée d’u­til­i­sa­tion d’un masque est de 4 heures env­i­ron.

Laver un masque chaque jour ?

Le masque en tis­su a une durée de vie théorique de 4 heures. Il est par ailleurs décon­seil­lé de reporter un masque sans l’avoir lavé. Une fois retiré, le masque est poten­tielle­ment con­t­a­m­iné, sur sa sur­face interne ou externe, et n’est plus effi­cace s’il est reporté le lende­main. A tem­péra­ture ambiante, le coro­n­avirus a une durée de vie sur les tis­sus d’en­v­i­ron deux jours (plus ou moins en fonc­tion de la matière), mais dans le même temps, d’autres ger­mes ou bac­téries peu­vent s’y dévelop­per. A retenir : on lave son masque âprès chaque util­i­sa­tion. 

Les autres infos