Covid-19 : des étu­diants du CHU de Saint-Etienne devront rem­bour­ser leur prime

Lors de la crise sani­taire, de nom­breux étu­diants avaient déci­dé de venir en aide au CHU de Saint-Etienne avec le flux de malades. Leur aide était pré­cieuse notam­ment pen­dant le pic de la pan­dé­mie. Mais voi­là, on apprend ce ven­dre­di que c’est le choc.

Plusieurs dizaines d’é­tu­diants de la facul­té de méde­cine de Saint-Etienne devront rem­bour­ser la prime Covid accor­dée par erreur fin juin par le CHU local, annonce l’AFP.

La par­ti­ci­pa­tion des  jeunes étu­diants était vitale pour le fonc­tion­ne­ment de l’hôpital. Ils sont venus en aide aux infir­mières, aux aide-soi­gnants, aux bran­car­diers, aux réserves sani­taires et même aux pom­piers qui fai­saient le va-et-vient pour ame­ner les malades parfois.

« Ils ont fait un tra­vail incroyable » explique Sonia à l’AFP. Ces jeunes gens, futurs effec­tifs dans le milieu de la san­té devront res­ti­tuer leur prime. Une situa­tion ubuesque car le CHU de Saint-Etienne avait accor­dé la prime à cer­tains étu­diants qui n’a­vaient même pas par­ti­ci­pé à la réserve sanitaire

A Radio Scoop, Juliette Andrés a expli­qué que « Le décret fixant les condi­tions d’é­li­gi­bi­li­té et le mon­tant de la prime n’ayant été publié que le 13 juin der­nier au Journal offi­ciel, “des ajus­te­ments doivent être effec­tués pour cer­tains à qui elle a été ver­sée par erreur fin juin”.

La direc­trice des affaires médi­cales du CHU pré­cise que l’er­reur concer­nait envi­ron 70 étu­diants. Comme le confirme l’AFP., pour tou­cher cette prime. Il faut avoir tra­vaillé au moins 5 demi-jour­nées par semaine entre le 1er mars et le 30 avril. Il va fal­loir gérer cet imbro­glio cau­sé par le CHU qui avait donc accor­dé la prime à cer­tains étu­diants n’ayant pas par­ti­ci­pé à la réserve sanitaire.

Le saviez-vous ?

Le décret fixant les condi­tions d’éligibilité et le mon­tant de la prime n’ayant été publié que le 13 juin der­nier au Journal offi­ciel, “des ajus­te­ments doivent être effec­tués pour cer­tains à qui elle a été ver­sée par erreur fin juin”, a expli­qué à l’AFP Juliette Andrès, direc­trice des affaires médi­cales du CHU, pré­ci­sant que l’erreur concer­nait envi­ron 70 étu­diants. Parmi les condi­tions à rem­plir pour per­ce­voir en tota­li­té la prime Covid, fixée à 1500 euros, il faut avoir tra­vaillé au moins cinq demi-jour­nées par semaine entre le 1er mars et le 30 avril, avec moins de 15 jours calen­daires d’absence pen­dant cette période, pré­cise le décret.

Les autres infos