Covid-19 : le rap­port de l’ARS sur la pre­mière semaine de mars dans la région

Du 1er au 7 mars 2021, la cir­cu­la­tion virale régresse légè­re­ment en Auvergne-Rhône- Alpes. La région enre­gistre une baisse de 7% du taux d’incidence (182/100 000) et de 0,9 point du taux de posi­ti­vi­té (6,6%), dans un contexte d’augmentation de l’activité de dépis­tage depuis la fin des der­nières vacances sco­laires (+7%). En paral­lèle de l’augmentation de la cou­ver­ture vac­ci­nale, il est obser­vé, depuis début février, une baisse sen­sible et conti­nue du taux d’incidence et du taux d’hospitalisation chez les per­sonnes les plus âgées. 

Les indi­ca­teurs viro­lo­giques régio­naux (taux d’incidence et taux de posi­ti­vi­té) sont infé­rieurs à la moyenne natio­nale. La majo­ri­té des dépar­te­ments voient une dimi­nu­tion plus ou moins mar­quée de leur taux d’incidence, com­prise entre ‑28% en Ardèche et Haute-Loire et ‑5% dans le Puy-de-Dôme. Le taux d’incidence le plus éle­vé est obser­vé dans le Rhône (236/100 000) mais il reste stable. 

Concernant la sur­veillance des variants d’intérêts du Sars-CoV‑2, la pro­gres­sion du variant bri­tan­nique (20I/501Y.V1) se pour­suit avec une pro­por­tion attei­gnant 62,8% au niveau régio­nal. Ce variant est deve­nu majo­ri­taire dans tous les dépar­te­ments de la région, à l’exception de la Haute-Loire (31,8%). La pro­por­tion des variants sud-afri­cain et bré­si­lien (20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3) se sta­bi­lise (3,7%) ; elle est la plus éle­vée dans le dépar­te­ment de la Savoie (11,6%). 

Pour la 2ème semaine consé­cu­tive, les consul­ta­tions pour sus­pi­cion de COVID-19 sont en hausse (+13% d’actes SOS-Médecins et +3% de pas­sages aux urgences) mais les parts d’activité res­tent stables. 

L’impact hos­pi­ta­lier est tou­jours éle­vé avec 3 127 per­sonnes hos­pi­ta­li­sées dans la région au 10 mars (en baisse) dont 433 en réani­ma­tion (en légère baisse). Les nou­velles hos­pi­ta­li­sa­tions et admis­sions en réani­ma­tion conti­nuent de bais­ser, res­pec­ti­ve­ment de 10% et 7% entre les semaines 08 et 09. Il s’agit de la 5ème semaine de baisse consé­cu­tive pour les nou­velles hos­pi­ta­li­sa­tions. Les taux d’hospitalisation les plus éle­vés s’observent dans le Rhône, l’Isère et la Drôme. 

Les indi­ca­teurs de sui­vi dans les ESMS évo­luent favo­ra­ble­ment : le nombre de nou­veaux signa­le­ments est en dimi­nu­tion et le nombre de cas confir­més a for­te­ment bais­sé : ‑53% par­mi les rési­dents et ‑61% par­mi le per­son­nel. On observe éga­le­ment une baisse des décès de rési­dents. 

Le nombre de décès hos­pi­ta­liers liés à la COVID-19 est en baisse (-13%) pour la 3ème semaine consé­cu­tive. Pour la pre­mière fois depuis de nom­breuses semaines, un excès non signi­fi­ca­tif de mor­ta­li­té toutes causes est obser­vé en Auvergne-Rhône-Alpes en semaine 08 (du 22 au 28 février), pour la popu­la­tion « tous âges » et pour les 65 ans et plus. 

Enfin, au 9 mars, 6,2% de la popu­la­tion d’Auvergne-Rhône-Alpes (comme en France) avait reçu au moins une pre­mière injec­tion de vac­cin. Cette pro­por­tion attei­gnait 34,7% par­mi les plus de 75 ans et 78,8% des per­sonnes rési­dant en EHPAD (85,6% en France). 

La cir­cu­la­tion virale est donc en léger recul en Auvergne-Rhône-Alpes et s’accompagne d’une dimi­nu­tion des indi­ca­teurs à l’hôpital et dans les ESMS. Si l’évolution de la situa­tion épi­dé­mique est encou­ra­geante, elle ne doit pas nous invi­ter à relâ­cher notre vigi­lance, le niveau de cir­cu­la­tion virale et l’impact sani­taire res­tant éle­vés. Le res­pect des mesures bar­rière, la limi­ta­tion des contacts et la stra­té­gie « Tester, Alerter, Isoler » demeurent indis­pen­sables. 

Soure : ARS.

Les autres infos