Décès d’Henri Lagnier : réac­tion de Gaël Perdriau

“C’est avec une grande tris­tesse que j’ai appris le décès d’Henri Lagnier, ce ven­dre­di 19 février. Médecin à la SOMA, il exer­çait éga­le­ment en libé­ral avec dévoue­ment et abné­ga­tion pour ses patients. J’ai ren­con­tré Henri lors de notre pre­mier man­dat de conseillers muni­ci­paux de Saint-Etienne en 1995.

Il en était le doyen et moi le ben­ja­min. En charge des res­sources humaines, il rece­vait des jour­nées entières nos conci­toyens qui le sol­li­ci­taient pour un sou­tien, un conseil, une écoute. Une ami­tié très forte est née et nous avons par­ta­gé de nom­breux com­bats poli­tiques mais aus­si de nom­breuses pas­sions communes.

Passionné de lit­té­ra­ture, d’histoire, de musique, il était féru d’opéra, qu’il m’a fait décou­vrir. C’était un éru­dit, un huma­niste, géné­reux, qui a ser­vi toute sa vie les autres, par sa pro­fes­sion et ses engagements.

Au fil des années, j’ai noué une ami­tié pro­fonde avec lui. Au nom du conseil muni­ci­pal de Saint-Etienne, je rends hom­mage à l’élu dis­po­nible, à l’écoute de tous, effi­cace, enga­gé et convain­cu qu’il était.

À titre per­son­nel, c’est l’ami que je salue et remer­cie. Il est par­ti rejoindre son épouse Marie-Claire, qui nous avait quit­tés en octobre der­nier. Je pré­sente mes sin­cères condo­léances à son fils François, a ses petits enfants Clément et Paul “.

Les autres infos
Les autres infos