Désinfection dans la Loire

Reprise des tour­nées de lavage des rues par les véhi­cules du ser­vice net­toie­ment à Saint-Etienne.

Dans le cadre de la crise sani­taire actuelle, la Ville de Saint-Chamond était en attente des recom­man­da­tions en ce qui concer­nait la dés­in­fec­tion des espaces publics.Le Haut Conseil de Santé Publique et le gou­ver­ne­ment viennent d’émettre un avis et décon­seillent la dés­in­fec­tion des espaces publics. En effet, l’utilisation de pro­duits dés­in­fec­tants a des effets néga­tifs mul­tiples sur la san­té et l’en­vi­ron­ne­ment. D’abord, les éma­na­tions de chlore et d’eau de javel irritent les voies res­pi­ra­toires. Ensuite, le recours trop sys­té­ma­tique aux dés­in­fec­tants affecte le sys­tème immu­ni­taire.

L’afflux d’eau de javel, même diluée, dans les égouts peut faire dys­fonc­tion­ner les sta­tions d’é­pu­ra­tion en détrui­sant les com­mu­nau­tés de bac­té­ries qu’elles utilisent.Conformément aux recom­man­da­tions émises par le Haut Conseil de Santé Publique et sou­cieux de la pro­pre­té des espaces publiques, M Le Maire a déci­dé de reprendre pro­gres­si­ve­ment le lavage habi­tuel des rues.

Pour pré­ser­ver per­son­nel et maté­riel, le retour à l’activité sera effec­tué par étapes.À par­tir de mar­di 14 avril, la plus impo­sante laveuse du ser­vice va reprendre ses tour­nées pour laver les rues à l’eau. Chaque mar­di et ven­dre­di, elle sillon­ne­ra les artères saint-cha­mo­naises selon l’itinéraire habituel. 

Cette action per­met­tra d’améliorer la pro­pre­té de l’espace public en éva­cuant notam­ment la pous­sière qui s’est accu­mu­lée à cause du manque de pluies.La laveuse haute-pres­sion du ser­vice sera, quant à elle, uti­li­sée les jeu­dis et same­dis. Elle per­met­tra le déca­page de cer­tains lieux par­ti­cu­liers (empla­ce­ment du mar­ché, rues pié­tonnes) avec un mélange d’eau et de détergent.Le ser­vice net­toie­ment a éga­le­ment adap­té ses pra­tiques quo­ti­diennes aux recom­man­da­tions émises par les auto­ri­tés de san­té publique. Il n’utilise plus les souf­fleurs lors de ses inter­ven­tions dans les rues.

Arthur Ba

Les autres infos
Les autres infos