Emprunts toxiques : fini l’empoisonnement du budget de la Ville de Saint-Etienne

Il n’en restait plus qu’un. Exit le dernier emprunt toxique contracté sous l’ère Thiollière. La banque Defpa auprès de laquelle la Ville avait contracté a proposé un accord. Immense ouf de soulagement pour le maire Gaël Perdriau car la note aurait pu être salée. Pour rappel l’emprunt toxique c’est l’emprunt qui a mal tourné avec des taux d’intérêts qui s’envolent. Presque vers l’infini et au-delà. Jusqu’à 37 % d’intérêts pour ce dernier emprunt de 22 millions d’euros.

« Cela n’a pas empêché la conduite de projets mais cela aurait pu être le cas si cette formule d’intérêt très complexe et sur laquelle on ne maîtrise rien s’était déclenchée. S’il avait fallu payer jusqu’à 37 % d’intérêts, cela aurait empêché la Ville d’investir, de verser des subventions aux associations, de payer des salaires…. », explique Gaël Perdriau.

 

Il n’en restait plus qu’un

 

Reste à verser, selon l’accord qui n’a pas encore été signé, la somme de 17.5 millions d’euros, avec un taux fixe à 4,7% sur la période 2020-2042. Les Stéphanois ne vont se rendre compte de rien, il n’y pas de conséquences financières car les intérêts « sont ce qu’ils auraient dû être si nous avions eu un taux d’intérêt fixe ». Comme c’était le deal au départ avant que l’emprunt ne devienne toxique.

La banque a accepté de prendre à sa charge 8,4 millions d’euros pour que les deux parties trouvent un accord, explique Nora Berroukeche, l’adjointe aux finances. En 2008, déjà, Defpa avait proposé un accord que la Ville avait alors refusé. « On a pris contact avec la banque pour essayer de se mettre autour de la table et trouver une solution. On nous a reproché ce premier refus. Mais nous étions la nouvelle équipe et donc pas responsables ». Malgré tout, Nora Berroukeche n’a pas lâché l’affaire. « C’est très compliqué, cela passe par des avocats. Ca se fait petit à petit mais ça prend beaucoup de temps ».

 

Ecoutez le Maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau :

 

Ecoutez l’adjointe aux finance, Nora Berroukeche :

Les autres infos
Les autres infos