Enlèvement à Rive-de-Gier : les enquê­teurs patinent

Les enquê­teurs n’arrivent pas à tirer le vrai du faux dans l’affaire d’un pré­ten­du enlè­ve­mentLe dimanche 24 février autour de 1h30 devant le bar à chi­cha de Rive-de-Gier.

Il y a beau­coup de contra­dic­tions dans les audi­tions des deux vic­times. « Ça ne colle pas » nous expliquent les enquê­teurs. « L’enlèvement paraît très bizarre ». La vic­time est reve­nue sur ses décla­ra­tions. « On par­lait d’enlèvement au départ et puis aujourd’hui il nous parle de bra­quage dans son établissement ».

« Les bra­queurs viennent pour récu­pé­rer de l’argent, il n’y en a pas alors ils enlèvent le frère du gérant du bar. Ça s’appelle une mon­naie d’échange ». Le par­quet explique que le frère du gérant du bar à chi­cha dit qu’il a été enfer­mé dans le coffre de la voi­ture, « mais dans le coffre, il passe des coups de fil, finit par appe­ler le 17, police secours, est-il vrai­ment dans le coffre ou dans l’habitacle ? »

Dans cette affaire, tout n’est pas simu­lé. Les coups de feu sont bien réels. Mais dans cette his­toire, il y a un pro­blème de dettes. Quelles en sont les causes et l’objet ? une dette, vrai­ment ? Pour quelle rai­son ? Quelle est la nature de cette dette ? « Dans cette affaire, per­sonne ne nous aide, les vic­times ne parlent pas vrai­ment ». Les enquê­teurs tra­vaillent sur le fonc­tion­ne­ment du bar. Son achat et com­ment il a été financé.

« On nous parle de dette de jeu, mais on n’a aucun élé­ment qui va dans ce sens et les deux frères n’apparaissent dans aucun fichier judi­ciaire. D’autre pistes sont évo­quées comme une bagarre à Lyon. Les poli­ciers sont en train de regrou­per l’enquête avec d’autres faits comme une bagarre à Lyon qui pour­rait avoir un lien avec l’affaire du bar à chi­cha de Rive-de-Gier. « D’autres évé­ne­ments sem­blaient obs­curs et non élu­ci­dés, mais aujourd’hui, avec cette affaire à Rive-de-Gier, ça pour­rait avoir du sens ».



Les autres infos