Etat de san­té de l’ar­ti­sa­nat dans la Loire

La Chambre des métiers et de l’ar­ti­sa­nat de la Loire, pré­si­dée par Georges Dubesset, dresse un état des lieux du sec­teur en ce début de décon­fi­ne­ment. Dans notre dépar­te­ment, l’ar­ti­sa­nat pèse encore avec 18 000 entre­prises arti­sa­nales et une crois­sance de 20% en cinq ans. L’artisanat ligé­rien com­prend quatre grande famille. Ce sont les dif­fé­rents métiers du bâti­ment qui arrivent en tête avec 41% des entre­prises. Viennent ensuite les ser­vices avec 31%, sui­vis de la fabri­ca­tion avec 17%. Et de l’a­li­men­taire avec 11%. Au cours des cinq der­nières années, 3500 entre­prises arti­sa­nales ont été créées.

Sur le plan social, le poids de l’ar­ti­sa­nat se tra­duit par la pré­sence de 80 000 chefs d’en­tre­prises, 29 000 sala­riés, 400 conjoints col­la­bo­ra­teurs et 2500 appren­tis. Notons qu’un troi­sième CFA, centre de for­ma­tion d’ap­pren­tis, consa­cré aux trans­ports, va ouvrir ses portes à Saint-Etienne, dans le quar­tier de la Rivière. Malgré ces chiffres, le sec­teur de l’ar­ti­sa­nat pour­rait connaître d’im­por­tantes dif­fi­cul­tés après la crise sanitaire.

Les autres infos