Gaël Perdriau prend acte et demande à l’Etat de faire preuve d’exemplarité

Le maire de Saint-Etienne, Gaël Per­driau, com­mu­nique sur la déci­sion du ministre de la san­té, Oli­vier Véran. (Com­mu­ni­qué).

« Je prends acte de la déci­sion, hier soir, du ministre de la San­té qui, au vu de l’évolution de la pan­dé­mie sur l’ensemble de la France, mais aus­si dans la Loire, jus­ti­fie d’un ren­for­ce­ment des mesures de pro­tec­tion sani­taire que tout le monde est tenu de suivre.

A ce titre, Saint-Etienne, comme d’autres villes de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, se trouve désor­mais clas­sée en zone d’a­lerte ren­for­cée (taux d’in­ci­dence de plus de 150 cas pour 100 000 habi­tants, 50 cas pour 100.000 chez les « per­sonnes âgées »). 

Pour les villes se trou­vant dans cette caté­go­rie les prin­ci­pales dis­po­si­tions, impo­sées par le gou­ver­ne­ment, sont :

La jauge des ras­sem­ble­ments publics passe de 5 000 per­sonnes à 1 000 per­sonnes

Les grands évé­ne­ments décla­rés comme les fêtes locales ou étu­diantes sont inter­dits

Les ras­sem­ble­ments de plus de 10 per­sonnes dans l’es­pace public

Les salles pour les acti­vi­tés fes­tives et asso­cia­tives sont fer­mées

Les bars sont par­tiel­le­ment fer­més, les horaires seront déci­dés par les pré­fets. Cepen­dant, selon le ministre de la san­té, « les bars ne pour­ront pas res­ter ouverts au-delà de 22h00 dans l’en­semble de ces ter­ri­toires ».


Il est évident que la pan­dé­mie, après une accal­mie de quelques semaines, fai­sant suite au décon­fi­ne­ment, semble rede­ve­nir extrê­me­ment active ren­dant, plus que jamais, le recours aux gestes bar­rières indis­pen­sables pour assu­rer la pro­tec­tion de cha­cun. 


Une fois de plus, nous devons créer une immense chaîne de soli­da­ri­té sani­taire per­met­tant, par le res­pect des gestes bar­rières, d’éviter l’engorgement du CHU et du dépar­te­ment de réani­ma­tion. Cha­cun d’entre nous se trouve dépo­si­taire d’une infime par­tie de la res­pon­sa­bi­li­té col­lec­tive de lutte contre l’é­pi­dé­mie de Covid-19 afin de pro­té­ger les per­sonnes les plus fra­giles.


Madame la pré­fète de la Loire, cette fin de mati­née, lors d’une visio­con­fé­rence, avec l’ARS et des maires de la Loire, m’a infor­mé et m’a confir­mé les mesures qu’elle pre­nait pour le dépar­te­ment de la Loire, qui s’ins­crivent dans le cadre géné­ral défi­nit hier soir par le ministre de la San­té.


Par­mi les prin­ci­pales mesures mises en appli­ca­tion à par­tir de same­di : port du masque obli­ga­toire sur tout le ter­ri­toire métro­po­li­tain, fêtes locales et étu­diantes inter­dites, ras­sem­ble­ment de plus de 10 per­sonnes sur l’es­pace public inter­dit, les salles des fêtes et poly­va­lentes fer­mées sur l’en­semble du dépar­te­ment, fer­me­ture des salles de sport et gym­nases. La pra­tique spor­tive en exté­rieure reste auto­ri­sée mais sans accès aux ves­tiaires. La ques­tion des pis­cines est en cours d’é­va­lua­tion. En l’é­tat actuel, les salles de spec­tacles et de ciné­ma ne sont pas concer­nées par ces nou­velles mesures.


Concer­nant plus spé­ci­fi­que­ment les Ehpad dans la Loire, une com­mu­ni­ca­tion de l’ARS régio­nale doit être faite ce jeu­di. 


Je rap­pelle d’ailleurs que la ville de Saint-Etienne a mis à dis­po­si­tion des locaux afin que l’ARS puisse ins­tal­ler des centres de dépis­tage mas­sif que j’appelle de mes vœux sans délai. 


Dans le domaine éco­no­mique et com­mer­cial, je demande que l’Etat prenne rapi­de­ment des mesures d’accompagnement et de pro­tec­tion indis­pen­sables pour les com­mer­çants, avec la créa­tion d’un fonds de sou­tien spé­ci­fique. 


Aujourd’­hui, je ne peux que consta­ter que la concer­ta­tion maire-pré­fet, tant van­tée et mise en avant par le gou­ver­ne­ment ces der­nières semaines, fai­sant suite aux annonces du ministre de la San­té qui a don­né hier soir le cadre géné­ral, n’a pas beau­coup de sens.  Elle n’en a que le nom. Il s’a­git davan­tage d’une infor­ma­tion par­ta­gée que nous devons por­ter.


Il serait enfin sou­hai­table que lorsque le gou­ver­ne­ment impose à la Nation des orien­ta­tions en matière de san­té publique, il soit en capa­ci­té de son côté, à faire preuve d’exem­pla­ri­té.


Ce qui mani­fes­te­ment n’est pas le cas, quand on apprend par la ministre des Armées, Flo­rence Par­ly,  lors de son audi­tion, hier, devant la com­mis­sion d’en­quête du Sénat que, contrai­re­ment à ce qui avait été indi­qué dans un pre­mier temps, les mili­taires de la base de Creil n’a­vaient pas été tes­tés et confi­nés de retour d’une mis­sion à Wuhan, foyer de l’é­pi­dé­mie ! ». 

Les autres infos