Ghislain Printant est-il déjà menacé ?



Avec 5 points en 5 journées de L1, l’ASSE est mal entrée dans sa sai­son. Notre débat de la semaine con­cerne son coach Ghis­lain Print­ant. Déjà sur la sel­l­ette ou pas ?

C’est trop tôt

Nos con­frère de butfootballclub.fr font le débat. Ghis­lain Print­ant pourait il déjà men­acé ? Ils expliquent : « Autant je peux com­pren­dre l’impatience du peu­ple vert de voir des résul­tats vu l’investissement esti­val et la qual­ité de l’équipe mais j’ai quand même beau­coup de mal à con­damn­er des gens alors que la sai­son vient à peine de démar­rer depuis cinq journées. Certes, l’ASSE réalise son plus mau­vais démar­rage en Ligue 1 depuis dix ans mais les Verts n’ont pas un bilan si cat­a­strophique. Oui, il n’y a que cinq points en cinq match­es et c’est peu. Sauf que les défaites sont à Lille et à Mar­seille, deux ter­res qui ont été dif­fi­ciles pour les Stéphanois ces dernières années (plus même pour l’OM). Que Print­ant soit l’entraîneur ou pas » explique le jour­nal­iste Alexan­dre CORBOZ .

Pour l’instant, les cri­tiques éma­nent surtout du fait que l’ASSE n’a pas gag­né à Geof­froy-Guichard face à Brest (1–1) et Toulouse (2–2). Deux adver­saires sur le papi­er à portée. Con­tre le Téfécé, je n’ai pas vu une mau­vaise équipe ligéri­enne. Au con­traire. Face à un adver­saire en grande réus­site durant le pre­mier acte, les coéquip­iers de Loïc Per­rin ont eu une belle réac­tion. Pas le genre de réac­tion de joueurs souhai­tant « lâch­er » leur coach.

On lui met trop la pression !

Notre con­frère Alexan­dre CORBOZ con­tin­ue : « Le match aurait même pu se finir en vic­toire sur le fil si l’exigeante VAR – et ses mil­limètres de hors-jeu – n’était pas ren­trée en action. On ne peut pas tomber sur le coach après ça. Pas main­tenant, pas tout de suite, pas aus­si tôt dans la sai­son… Vu l’enchaînement qui se pro­file, l’ASSE ne peut de toute façon pas chang­er d’entraîneur. Je ne pense pas que ce soit en lui col­lant aujourd’hui une pres­sion de fou sur les épaules qu’on aidera Ghis­lain Print­ant à faire avancer ses joueurs. Atten­dons encore quelques semaines avant de dress­er le bilan… »

Enfin, notre tal­entueux con­frère, Lau­rent HESS, espère en foot donne ses impres­sions : « L’ASSE dis­pose cette sai­son du plus gros bud­get de son his­toire, un bud­get supérieur à 100 M€, mais son début de sai­son est le plus mau­vais de ces dix dernières années avec 5 points en 5 journées. Pour pilot­er le pro­jet, Print­ant était l’homme de la sit­u­a­tion aux yeux des dirigeants, qui ont suivi les con­seils de Jean-Louis Gas­set. Mais la con­fi­ance du duo Caiaz­zo-Romey­er n’est pas aveu­gle pour autant. Depuis le début, des doutes accom­pa­g­nent la pro­mo­tion du Mont­pel­liérain, y com­pris en haut lieu, et le début de sai­son ne les a pas lev­és, au con­traire. Si Romey­er a tenu à inter­venir devant le groupe avant la récep­tion de Toulouse, c’est qu’il a vu que cer­taines choses n’allaient pas. Le début de sai­son a déplu, et pas seule­ment les résul­tats. La ges­tion du groupe et le fonc­tion­nement du staff, où Print­ant, qui ne s’appuierait pas beau­coup sur Lau­rent Huard, a demandé du ren­fort, a pu inter­pel­er. L’ancien bas­ti­ais est for­cé­ment en pre­mière ligne. Alors que les prési­dents pen­saient miser sur la sta­bil­ité, Cabel­la est par­ti et M’Vila a eu des véléités de départ lui aus­si. Les résul­tats, cer­tains choix opérés par Print­ant dans ses com­po­si­tions d’équipe mais aus­si au Mer­ca­to où il est allé chercher Boude­bouz, ont entamé son crédit. A lui d’inverser la ten­dance. Il a six match­es pour le faire d’ici la prochaine trêve inter­na­tionale, où un point sera fait, for­cé­ment. »



Les autres infos