Harcèlement à l’hôtel Mercure de St-Etienne

L’ex-directeur de l’hôtel Mercure de Saint-Etienne était aujourd’hui jugé pour harcèlement.

Les faits remontent à la période 2012/2014. Lors du pro­cès, en avril der­nier, le pro­cu­reur avait deman­dé une amende de 5000 euros. L’avocat de l’ex-directeur avait, lui, deman­dé la relaxe.

Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel a ren­du son déli­bé­ré ce mar­di. C’est la relaxe pour l’homme de 49 ans. L’ex-responsable de l’hôtel a été licen­cié suite aux plaintes de quatre sala­riées. Il conteste le licen­cie­ment devant les prudhommes.

A l’époque, il aurait deman­dé à une chef de rang « d’ouvrir son che­mi­sier car on n’est pas chez les bonnes sœurs ». Nos confrères du Progrès révèlent que l’homme aurait dit à une bar­maid « ne l’avoir embau­chée que pour son décol­leté ».

L’ex-directeur de l’hôtel Mercure Saint-Etienne explique : « les 4 plai­gnants vou­laient ma tête, j’ai passé 23 ans dans cette entre­prise (…) je n’ai jamais eu de pro­blèmes ». L’avocat de l’accusé a sou­li­gné que l’ins­pec­tion du tra­vail dit qu’il lui a été impos­sible de vérifier matériel­le­ment les faits.

 



Les autres infos