Huit mois de pri­son pour vol en boulangerie

Ce jeune gar­çon et son asso­cié se sont spé­cia­li­sés dans le cam­brio­lage des boulangeries.

Des ama­teurs de crois­sants et pains au cho­co­lat ? Peut-être. Mais sur­tout atti­rés par les coffres forts des boulangeries.

Ils ont été sur­pris le 3 mai à cam­brio­ler le Fournil de Dylan à Rive de Gier. Un témoin à aler­té la police et s’en est sui­vie une course pour­suite. La voi­ture arri­vant devant un cul-de-sac, les deux fuyards ont vou­lu s’échapper en sau­tant un grillage. L’un des deux a réus­si à sau­ter, l’autre a chu­té et les poli­ciers ont pu l’arrêter.

Ce jeune homme, c’est Rayan Djarou. Les forces de l’ordre l’ont récu­pé­ré sérieu­se­ment bles­sé avec une double frac­ture à la cheville.

C’est donc seul qu’il a com­pa­ru devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint-Etienne pour ten­ta­tives et vols dans plu­sieurs bou­lan­ge­ries. Il avait notam­ment emme­né le coffre-fort de la bou­lan­ge­rie de Rive de Gier. Il est aus­si accu­sé d’autres faits à Francheville dans le Rhône, où il vit chez sa mère.

Rayan Djarou recon­naît bien les faits mais dit avoir été « for­cé par un grand ».

La pré­si­dente du tri­bu­nal lui fait remar­quer qu’il n’a pour­tant pas le pro­fil d’une per­sonne sous influence. Le jeune gar­çon purge actuel­le­ment une peine de trois mois, et son casier judi­ciaire est déjà bien rem­pli depuis ses 16 ans.  « Le grand, je lui devais de l’argent ». Sa défi­ni­tion de grand est « quelqu’un de plus âgé que moi ».

Son avo­cat, Maitre Nathalie Colletti annonce qu’il n’a pas vu son père depuis l’âge de 3 ans, qu’il a été pla­cé toute son enfance et qu’on a déce­lé chez lui une carence affective.

Le tri­bu­nal a adou­ci la peine de ce jeune majeur par rap­port aux douze mois fermes deman­dés par le Parquet. Il s’en sort avec quinze mois de pri­son dont sept avec sur­sis. Le jeune gar­çon devait être libé­ré dans neuf jours, il en reprend pour huit mois.

Les autres infos