Il n’y aura pas de pri­son à St-Bonnet-les-Oules

Lundi 8 octobre 2018, la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet va annon­cer le plan immo­bi­lier de la réforme de la jus­tice. Dans les car­tons, une pri­son ultra moderne à Saint-Bonnet-les-Oules devait être construite en 2023. Finalement, cette pri­son qui devait rem­pla­cer celle de La Talaudière ne sera pas construite.

La dépu­tée explique dans un com­mu­ni­qué envoyé à l’AFP que « la réforme de la jus­tice entraî­ne­ra une réaf­fec­ta­tion des peines et des lieux de pur­ga­tion de peine » Cette pri­son à Saint-Bonnet-les-Ouiles devait être dotée de 550 places. La ministre explique que les pri­sons anciennes vont être réno­vées. « Il n’y a aucune rai­son de construire une nou­velle pri­son, la pri­son de La Talaudière sera tota­le­ment réha­bi­li­tée ».

Le maire de Saint-Etienne a réagi

Nous appre­nons ce soir de source minis­té­rielle que le pro­jet de construc­tion d’un nou­vel éta­blis­se­ment péni­ten­cier en Loire sud, sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain serait enter­ré par le gou­ver­ne­ment. Si cette infor­ma­tion devait être confir­mée, je ne peux que regret­ter que le gou­ver­ne­ment revienne sur une déci­sion prise, en 2016, dans le cadre d’un plan natio­nal de de 33 pro­jets péni­ten­tiaires repré­sen­tant 16 000 places sup­plé­men­taires, et pour lequel le bud­get avait été ins­crit. Décidément, la parole don­née de l’Etat et la conti­nui­té répu­bli­caine ne sont plus res­pec­tées. Il s’a­git là d’un nou­veau renon­ce­ment qui n’est pas sans consé­quences. D’abord, pour notre ter­ri­toire car il s’a­gis­sait d’un pro­jet de quelque 70 mil­lions d’eu­ros injec­tés dans l’é­co­no­mie locale, qui aurait direc­te­ment et avant tout béné­fi­cié à nos entre­prises, à leur acti­vi­té et donc à l’emploi, notam­ment dans le sec­teur du BTP, sans comp­ter ceux créés ensuite pour le bon fonc­tion­ne­ment de l’é­ta­blis­se­ment”.

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Les autres infos
Les autres infos