La journée nationale des aidants a lieu aujourd’hui

8,3 millions de personnes accompagnent au quotidien un proche atteint de handicap ou de maladie, quel que soit son âge. Ce statut d’aidant, aujourd’hui reconnu est souvent très difficile à gérer surtout lorsque l’on a une activité professionnelle. En ce jour, 42info.fr met en lumière ces aidants, aussi issus de la Loire.

Leur statut est au final très récent, tout comme l’acquisition de certains droits. Et pourtant, ils sont indispensables pour leurs proches et pour l’économie. Ils représentent des centaines de milliards d’euros d’économisés pour la collectivité par an.

Les aidants sont aussi des salariés…

Les entreprises peinent encore à les comprendre et à les intégrer dans leur politique de RH. Et pourtant, dans une sur 5, les congés pour parents malades dépassent ceux pour enfants malades. Et avec l’allongement de la durée de vie, les aidants vont se multiplier : les entreprises vont donc devoir adapter leur management.

Un statut difficile

Ils ont souvent beaucoup souffert pendant le confinement. Et surtout, ils n’ont pas forcément accès à l’aide nécessaire pour diminuer leur charge mentale qui se compose d’un foyer classique à gérer et à prendre en charge de la vie quotidienne de l’aidé. S’ajoute aussi le regard de la société sur les personnes handicapées ou malades. Et bien sûr, la fatigue voire l’épuisement.

Le congé de proche aidant

Côté gouvernement, un droit au répit a été posé en 2016. Depuis le 30 septembre 2020, le congé de proche aidant est indemnisé. Désormais, un aidant peut cesser de travailler temporairement pour s’occuper d’un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Ce dernier peut être un conjoint, un pacsé, un concubin, un parent, un enfant, un collatéral jusqu’au 4e degré (oncle, cousin…) ou une personne âgée ou en situation de handicap extérieure à sa famille mais qu’il aide de façon régulière. Ce congé n’est valable que pour une durée de trois mois. Son indemnisation : 52,08 euros si l’aidant est une personne isolée, à 43,83 euros s’il vit en couple – dans la limite de vingt-deux jours par mois et de soixante-six jours dans l’ensemble de la carrière. Néanmoins, l’aidé doit être en situation de handicap lourd ou d’une perte d’autonomie importante.

Vous êtes aidants ? Vous souhaitez obtenir de l’aide et des conseils ? La Maison Loire Autonomie vous accompagne au 04 77 49 91 91.

Les autres infos
Les autres infos