La lettre ouverte de Gérard Filoche, porte-parole de la Gauche démo­cra­tique et sociale

Alors que la crise sani­taire bat son plein, la crise sociale est là : licen­cie­ments, chô­mage, pau­vre­té. Ce n’est pas la crise pour ces 15000 for­tunes fran­çaises qui pos­sèdent 100 mil­liards d’euros (4% du  PIB fran­çais) en actifs dans ce para­dis fis­cal qu’est le Luxembourg où 6500 mil­liards cachés viennent d’été décou­verts. Voilà le vrai visage du capi­ta­lisme : la recherche du pro­fit maxi­mum, la fraude fis­cale et le creu­se­ment des inéga­li­tés. Cela ne peut que ren­for­cer la colère et les luttes pour l’emploi, l’augmentation des salaires et des mini­ma sociaux, pour un reve­nu pour tous les jeunes de moins de 25 ans. Et le besoin d’une véri­table alter­na­tive de gauche.

Le temps passe, le temps presse. Les régio­nales sont dans moins de 5 mois, la pré­si­den­tielle dans 15 mois et aucune can­di­da­ture à gauche n’est seule en capa­ci­té d’atteindre le deuxième tour. Des mil­lions et des mil­lions d’électeurs de gauche se pro­noncent pour l’unité contre le duo Macron-Le Pen.

Certains craignent que l’unité se fasse sur un mau­vais pro­gramme. Nous avons une res­pon­sa­bi­li­té pour abou­tir  sur une vraie pla­te­forme de trans­for­ma­tion sociale qui découle d’un tra­vail de rédac­tion en com­mun. On peut et on doit trou­ver le plus grand déno­mi­na­teur com­mun. Il n’y a pas de vac­cin contre les tra­hi­sons excep­té la force de l’union et la mobi­li­sa­tion sociale qu’elle engendre. La pres­sion sociale est là, puis­sante, exas­pé­rée par le macro­nisme. Elle recherche une rup­ture sociale, éco­lo­gique et démo­cra­tique avec le sys­tème éco­no­mique dominant.

De très nom­breux points com­muns existent quand on étu­die et com­pare les pro­grammes (*). Il y a eu un excellent appel pour les 75 ans de la Sécurité sociale signé par 100 % des res­pon­sables de la gauche. Il y a des appels com­muns sem­blables pour les ser­vices  publics (EDF mena­cé par le pro­jet Hercule, la SNCF, les hôpi­taux, l’école, l’université, la recherche…). Quand on lit les dizaines d’appels uni­taires qui cir­culent, ils disent presque tous la même chose. C’est aus­si le cas du texte de « sor­tie de crise » avec 34 mesures pré­sen­tées par 22 orga­ni­sa­tions syn­di­cales, asso­cia­tives et syn­di­cales  (dont la CGT, la FSU, Solidaires, Attac, Oxfam, Greenpeace …). C’est le cas de l’appel « 2022 (vrai­ment) en commun ».

PCF, LFI et PS votent le plus sou­vent ensemble à l’Assemblée natio­nale. Un pro­jet de loi com­mun LFI, PS et PCF a même été dépo­sé sur les droits de suc­ces­sion ! Il existe une hos­ti­li­té com­mune aux lois Macron sur la sécu­ri­té glo­bale ou le sépa­ra­tisme qui a conduit à des actions com­munes. Il y a aus­si dans cer­tains ter­ri­toires des démarches de ras­sem­ble­ment en cours en vue des régio­nales. Nous devons main­te­nant répondre aux « Jeunes pour le cli­mat » qui déclarent : «À vous qui pré­ten­dez repré­sen­ter la gauche : vous ne repré­sen­te­rez rien ni per­sonne tant que votre seul objec­tif sera de mettre en avant votre par­ti. Il en va de vos responsabilités ».

C’est une ques­tion de volon­té et d’initiative. J’appelle, avec mes amis, à ce que toutes les orga­ni­sa­tions, mou­ve­ments concer­nés fixent une date, un lieu et un plan­ning de tra­vail pour par­ve­nir à une pla­te­forme com­mune, en 8, 10 ou 12 points. Que soient enten­dus, audi­tion­nés dans ce pro­ces­sus les acteurs sociaux ou citoyens, celles et ceux confron­tés aux licen­cie­ments, au chô­mage, à la pauvreté …

Mettons tout sur la table. Il y a des conver­gences mais aus­si des divergences…discutons-en ! Un socle pour un contrat de légis­la­ture et un can­di­dat com­mun en 2022 sont pos­sibles. Discutons sans préa­lable ni exclu­sive, ni hégé­mo­nisme avec la volon­té d’aboutir et nous réus­si­rons. Faisons-le publi­que­ment dans des forums, des états-géné­raux avec bien­veillance, sous le contrôle du peuple de gauche, celui qui vote et celui qui désor­mais s’abstient. Une fois que nous aurons une pla­te­forme com­mune, le reste trou­ve­ra sa solution.

Fabien, Jean-Luc, Julien, Olivier…  ouvrez vos agen­das, invi­tez lar­ge­ment. Rassemblons les gauches sociales, éco­lo­gistes, citoyennes. Si nous échouons, au moins on aura essayé. Si nous par­ve­nons, comme je le crois pos­sible, à un texte de pro­po­si­tions et de trans­for­ma­tions pour la durée d’une légis­la­ture, sou­met­tons-le à tous, asso­cia­tions, syn­di­cats, par­tis, mili­tants, col­lec­tifs dans le pays. Ce sera un for­mi­dable évè­ne­ment et cela crée­ra une for­mi­dable dyna­mique. Toute la gauche attend ça.

Les autres infos