La Mine va rou­vrir sous un autre nom

La dis­co­thèque sté­pha­noise La Mine vient d’être ven­due au prix de 60 000 euros. Ce sont deux bar­men du Smoking Dog qui viennent de rem­por­ter l’enchère de cette boîte mythique de Saint-Etienne.

Julien Haro et Thibault Llopis sont heu­reux, ils ont réus­si à rache­ter la boîte de nuit de la place Jovin-Bouchard. Dans quelques semaines, la dis­co­thèque va réou­vrir sous un autre nom et avec un tout nou­veau concept. Une pre­mière ten­ta­tive de vente aux enchères au prix de départ de 65 000 euros n’avait pas pris pre­neur. Mercredi der­nier, une deuxième enchère a débu­té à 40 000 euros.

Les enchères se sont envo­lées. 41 000, 45 000, 50 000, 57 000 euros… De nom­breuses per­sonnes étaient pré­sentes pour ten­ter de rache­ter cet endroit qui a fait les grandes soi­rées des noc­tam­bules fans de rock. Finalement, Julien Haro et Thibault Llopis ont eu le der­nier prix et ont rache­té La Mine pour 60 000 euros. Un prix très rai­son­nable quand on connaît cet endroit appré­cié par de nom­breux sté­pha­nois sur plu­sieurs géné­ra­tions. Les deux nou­veaux pro­prié­taires ne sont pas des incon­nus puisqu’ils sont tous deux au comp­toir du Smoking Dog. Les deux bar­men du bar du quar­tier Saint-Jacques ont sau­té de joie lorsqu’ils ont pris conscience que la dis­co­thèque allait leur appartenir.

Après quelques amé­na­ge­ments, la boîte de nuit va de nou­veau ouvrir ses portes sous un tout nou­veau nom. Le concept sera bien dif­fé­rent de La Mine. Ce ne sera plus une dis­co­thèque mais un club rock qui ouvri­ra du jeu­di au same­di soir, avec la pos­si­bi­li­té d’ouvertures excep­tion­nelles d’autres soirs. On y trou­ve­ra beau­coup de groupes en concert. Une pro­gram­ma­tion per­met­tra de décou­vrir du live et d’apprécier des d’artistes sur scène tout en siro­tant un verre. Après les concerts, l’endroit se trans­for­me­ra en club avec une belle pro­gram­ma­tion musi­cale tein­tée de rock.

Julien Haro et Thibault Llopis connaissent la musique et sont inves­tis dans le milieu associatif.Ils connaissent tous les deux de nom­breux artistes qu’ils aime­raient pro­duire dans leur nou­veau club. Ils se sont inves­tis dans le fes­ti­val de musique « Festival Positive Education ». Ils font aus­si par­tie de l’association « Russel 45 » qui orga­nise des concerts de rock psy­ché garage. Les deux hommes veulent mettre en avant la musique qui ne passe pas à la radio, ils ont une culture du rock indé­pen­dant. Ce nou­veau lieu musi­cal va ouvrir dans quelques semaines après quelques travaux.



Les autres infos