Le nécro­phile de Roanne retrou­vé mort a lais­sé une lettre

Il était soup­çon­né d’atteinte sexuelle sur des corps de femmes défuntes au funé­ra­rium de Roanne.

Le nécro­phile de 70 ans avait été retrou­vé mort chez lui.

Le pro­cu­reur de la République, de Roanne, indique que c’est la thèse du sui­cide qui est, pour le moment, rete­nue. Il aurait ava­lé un grand nombre de médi­ca­ments et il aurait lais­sé une lettre à son domi­cile. Le conte­nu de cette lettre n’a pas été révé­lé à la presse. Une autop­sie va per­mettre de décou­vrir les zones d’ombre de ce décès et sur­tout pou­voir dater la mort.

Lors de son pro­cès, le pro­cu­reur avait sai­si la juge d’application des peines et requis l’exécution de 12 mois de pri­son ferme pré­vus en cas d’inobservation du sui­vi socio-judi­ciaire auquel il était astreint suite à une condam­na­tion en 2014 pour agres­sions sexuelles sur mineur de 15 ans. L’affaire avait été ren­voyée au 15 décembre. C’est lorsque que son avo­cat sou­haite le contac­ter que son silence inquiète. Impossible à joindre ! Alors la police finit par se rendre à domi­cile. C’est là que le corps du sep­tua­gé­naire a été retrouvé.

Les autres infos