L’ASSE méri­tait mieux

Les Verts ont été contra­riés par Amiens ce dimanche sur leurs terres, dans le cadre de la 4e levée de L1 (0–0). Non sans une légi­time amertume.

La sai­son pas­sée, les Verts avaient fait le plein de points face aux Amiénois, à Geoffroy-Guichard (3–0) comme au stade de la Licorne (0–2). Ce ne sera pas le cas dans cet exer­cice 2018–2019, les Picards étant venus cher­cher un point dans le Chaudron. Un point acquis de haute lutte, aux dépens de Stéphanois qui méri­taient cer­tai­ne­ment mieux mais doivent se conten­ter ce dimanche d’un troi­sième match nul de rang – en quatre jour­nées de championnat…

Pourtant l’ASSE a fait trem­bler deux fois les filets de l’imposant Gurtner – d’abord par Khazri juste avant la pause, d’une jolie reprise lobée consé­cu­tive à une ouver­ture lumi­neuse de Perrin – un but logi­que­ment refu­sé pour un léger hors-jeu. Puis par Kolodziejczak en deuxième période, d’une tête impa­rable à la retom­bée d’un centre de Selnaes (77e) – réa­li­sa­tion inva­li­dée par l’arbitre après un recours à la VAR, Beric et son par­te­naire buteur ayant pu jouer les gros bras dans la sur­face pour par­ve­nir à leurs fins.

Si ces deux déci­sions de M. Leonard et ses assis­tants semblent incon­tes­tables, les Verts peuvent regret­ter en revanche que le corps arbi­tral n’ait pas été plus atten­tif à son nou­vel outil sur trois situa­tions chaudes dans la sur­face de répa­ra­tion. Khazri (25e) et Beric (81e) se sont tous deux effon­drés dans la sur­face sans for­cé­ment en rajou­ter. Et Adenon a contré du bras dans la zone de véri­té un centre dan­ge­reux de Salibur (50e), le der­nier ren­fort offen­sif en date des Stéphanois. Autant d’actions qui auraient pu (dû ?) abou­tir à un penal­ty. Mais quand ça ne veut pas sourire…



Les autres infos