le coro­na­vi­rus aurait com­men­cé à cir­cu­ler en France en décembre

Le coro­na­vi­rus cir­cu­lait sur le ter­ri­toire fran­çais, notam­ment dans le Nord de la France, en jan­vier der­nier par­mi des per­sonnes asymp­to­ma­tiques ou pau­ci­symp­to­ma­tiques (ne pré­sen­tant que très peu de symp­tômes), donc avant la vague des cas obser­vée début mars. le pro­fes­seur Yves Cohen a annon­cé sur BFM TV avoir iden­ti­fié le virus fin décembre.

Telle est la conclu­sion d’un article pos­té le 24 avril par des cher­cheurs de l’Institut Pasteur sur le site de pré­pu­bli­ca­tion bioRxiv. En France, la sur­veillance spé­ci­fique de la mala­die Covid-19 a été lan­cée  le 10 jan­vier 2020. Deux semaines plus tard, les trois pre­miers cas impor­tés en Europe ont été diag­nos­ti­qués sur le ter­ri­toire national.

A lire aus­si : Edouard Philippe annonce une aide de 200 euros pour 800 000 jeunes et étudiants 

Un virus pré­sent même en décembre sur notre territoire 

Chef de réani­ma­tion de plu­sieurs hôpi­taux en Île-de-France, le pro­fes­seur Yves Cohen a annon­cé sur BFM TV avoir iden­ti­fié, rétros­pec­ti­ve­ment, un cas posi­tif au coro­na­vrius le 27 décembre à l’hôpital Jean-Verdier, à Bondy.

On a repris toutes les PCR tes­tées chez des patients atteints de pneu­mo­nie en décembre et jan­vier dont les résul­tats étaient néga­tifs. Les PCR ne sont pas faites pour le Covid-19, mais pour la grippe et d’autres coro­na­vi­rus. Et sur les 24 patients, nous avons eu un cas posi­tif au Covid-19, le 27 décembre, quand il était hos­pi­ta­li­sé chez nous, à Jean Verdier », a‑t-il décla­ré, pré­ci­sant avoir refait plu­sieurs fois le test pour évi­ter les erreurs.

usqu’à ce jour, on esti­mait que les pre­miers cas posi­tifs en France dataient du 24 jan­vier  : deux patients ori­gi­naires de Chine iden­ti­fiés à Paris et à Bordeaux. Il s’agissait aus­si offi­ciel­le­ment des pre­miers cas en Europe. Cette décou­verte fera l’objet d’une publi­ca­tion dans une revue médi­cale inter­na­tio­nale la semaine prochaine.

A lire aus­si : AS Saint-Étienne : la meilleure image du foot­ball fran­çais selon Ipsos 

L’homme a été malade 15 jours

Suite à cette révé­la­tion, le pro­fes­seur Cohen raconte avoir mené son enquête. « Nous avons appe­lé le patient. Il a été malade 15 jours et il a conta­mi­né ses deux enfants, mais pas sa femme, qui tra­vaille dans un super­mar­ché, à l’étal des pois­sons. »

Le pro­fes­seur et ses équipes se sont deman­dés s’il n’y avait pas un rap­port avec les pois­sons d’origine chi­noise, « mais elle ne tra­vaille que sur des pro­duits fran­çais ». Mais le rayon sushis, où sont employés des sala­riés d’origine chi­noise, est à proximité.

Un appel à reprendre tous les tests PCR

« On se demande si elle n’a pas été atteinte ain­si de manière asymp­to­ma­tique. On ne peut pas aller plus loin, mais je pense que c’est à une autre ins­ti­tu­tion de faire les enquêtes », a‑t-il conclu.

Cet homme « est peut-être le patient zéro, mais peut-être qu’il y en a d’autres dans d’autres régions. Il faut retes­ter toutes les PCR néga­tives pour les pneu­mo­nies. Le virus cir­cu­lait pro­ba­ble­ment » à cette époque-là. La cel­lule de crise l’Agence régio­nale de san­té a été prévenue.

Les autres infos