Le groupe Casino en crise : 20 hypers à vendre

Le groupe s’interroge sur l’avenir de 20 hyper­mar­chés défi­ci­taires. La situa­tion éco­no­mique de Casino inquiète. Depuis le mois d’août 2018, le titre en bourse a per­du 46% de sa valeur par rap­port au début d’année.

Le patron du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, explique qu’il envi­sa­ge­rait de se sépa­rer d’une ving­taine d’hypermarchés défi­ci­taires sur un total de 110 Géants. Ces hypers se trouvent, pour la majo­ri­té, dans le nord de la France. Jean-Charles Naouri explique « qu’ils sont dans des zones en voie de dépeu­ple­ment ». Ces 20 hyper­mar­chés repré­sen­te­raient près de qua­rante mil­lions d’euros.

Vendre à Leclerc

Mais que devien­draient tous ces hyper­mar­chés fer­més. Pour le patron du groupe Casino « Il n’est pas ques­tion de fer­me­ture bru­tale mais d’une trans­for­ma­tion ou de mise en fran­chises ». L’idée pour­rait être de vendre ces com­merces à Leclerc ou d’autres enseignes de super­mar­chés. D’après le jour­nal « Les Echos », la déci­sion va être prise dans les pro­chaines semaines.

Un groupe endetté

Le groupe Casino sou­haite faire des efforts pour effa­cer ses dettes. D’ici la fin 2018, Casino doit pas­ser de 3,7 mil­liards d’euros de défi­cit à 2,7 mil­liards. Pour cela, Casino va vendre des murs de maga­sins, et cela concer­ne­rait aus­si la filiale réunion­naise Vindemia et les café­té­rias Casino. Doit-on s’inquiéter du côté de Saint-Etienne de ce défi­cit ? Etant don­né que le siège de Casino est dans la capi­tale sté­pha­noise, va-t-il y avoir des licen­cie­ments aus­si dans la Loire ? La ques­tion posée est pour le moment res­tée sans réponse.

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Les autres infos