Le maire de Saint-Victor-sur-Rhins ferme l’école

Jeudi der­nier, une ensei­gnante s’est ouvert le front en vou­lant rat­tra­per un jeune élève qui ten­tait de quit­ter la classe. De nom­breux ensei­gnants ren­contrent des dif­fi­cul­tés avec des élève de CP de ce vil­lage de 1174 habi­tants dans l’arrondissement de Roanne.

Le maire explique qu’il y a eu des insultes venant des jeunes sco­la­ri­sés, des cra­chats, des mor­sures et des coups por­tés aux ensei­gnants. Pour les élus, il y a une impuis­sance des ensei­gnants à gérer l’attitude des élèves alors qu’ils sont pour­tant accom­pa­gnés d’une AVS (auxi­liaire de vie scolaire).

Jeudi soir, les ensei­gnants étaient à cran et étaient prêts à se mettre en arrêt de mala­die. Le Maire de la com­mune a donc pris la déci­sion de fer­mer l’école ce mar­di 22 mai 2018. Une déci­sion qui a pour but d’alerter l’académie afin de trou­ver une solu­tion. Daniel Bezin, le maire de Saint-Victor-sur-Rhins explique qu’ : « On ne veut pas incri­mi­ner les élèves, mais les aider. Ils relèvent d’un éta­blis­se­ment spécialisé ».

Le syn­di­cat d’enseignants SNUipp explique que l’exclusion sco­laire n’est pas adap­tée. L’enfant doit avoir une autre prise en charge que celle d’une école pri­maire. La solu­tion serait l’ITEP (ins­ti­tut théra­peu­tique, édu­ca­tif et péda­go­gique), mais le syn­di­cat d’enseignants explique que cela coûte extrê­me­ment cher. Le délé­gué se dit prêt à poser un pré­avis de grève si la solu­tion n’est pas réglée rapi­de­ment. Ce mar­di soir a lieu un conseil extra­or­di­naire avec la pré­sence de l’inspectrice de l’éducation natio­nale afin de trou­ver la meilleure solu­tion pour les élèves, les ensei­gnants et les parents.



Les autres infos