Le match de l’AB Terrenoire a dégénéré samedi dernier

Same­di, le club de l’ASPPT Vil­lar­sare çu l’AB Ter­re­noire pour le cham­pion­nat cri­té­rium de foot loi­sir. Le mot Loi­sir aurait dû avoir son impor­tance lors de cette ren­contre. Si la ren­contre se déroule bien pen­dant le match, tout dégé­nère après le coup de sif­flet final.

Le numé­ro 3 attrape le 14 de l’équipe adverse. Ce numé­ro 14, c’est un poli­cier de la BAC (Bri­gade Anti Cri­mi­na­li­té). Pas sûr que le lien soit le métier du joueur. Sur place, on explique que c’est une his­toire de tacle. Le numé­ro 3 est rapi­de­ment rejoint par d’autres per­sonnes sur le ter­rain. Ça se dégrade dans cette dis­pute. La pro­fes­sion du numé­ro 14 était-elle connue ? Le club dira que non « il a été frap­pé en tant que joueur ». 

Le club de l’AB Ter­re­noi­rea déci­dé que ce numé­ro 3 ne por­te­rait plus les cou­leurs de l’équipe. Deux autres joueurs ont aus­si été écar­tés le temps d’une enquête. Les diri­geants de l’AB Ter­re­noire expliquent « nous sommes un club qui a des valeurs ». Mal­gré tout, le joueur fonc­tion­naire de la BAC doit être opé­ré du plan­cher orbi­tal. 

Voi­là enco­reun épi­sode qui ravive la vio­lence entre clubs dans le dépar­te­ment et une agres­sion d’un homme de loi, même si ce der­nier n’a appa­rem­ment pas été agres­sé pour sa pro­fes­sion d’après le club de foot.

Don­nez votre avis sur notre page Face­book



Les autres infos