Le parti animaliste veut faire entendre sa voix

Nativus.fr

Dans la Loire, le parti animaliste compte une douzaine de personnes pour développer un meilleur avenir pour les animaux. Ce groupe ne présente pas de liste aux municipales dans le département mais demande une attention particulière sur le bien-être animal auprès des hommes politiques.

Bâtir un meilleur avenir pour les Stéphanois et les animaux, c’est l’idée de ce groupe politique. Jean-Marc Delabre en est le responsable dans notre département.

” Ses militants interdiraient la chasse le mercredi et le dimanche “

« Nous ne présenterons pas de liste aux élections municipales faute d’avoir eu le temps de réunir 59 candidats. Nous avons rencontré, à leur demande, les leaders de certaines listes mais nous ne souhaitons pas nouer d’alliance. Par contre, nous avons adressé nos propositions sur le thème de la condition animale aux huit candidats. Nous commenterons les résultats de cette consultation avant le premier tour de l’élection ».

Ses militants interdiraient la chasse le mercredi et le dimanche. Pour le 1er tour, 147 candidats ont été investis au niveau national, dont 11 en Rhône-Alpes. Ils espèrent que ces élections seront une véritable « opportunité pour faire entrer la question animale au cœur des communes », notamment à Saint-Etienne, où les habitants ne trouvent « plus acceptables les actes de cruauté, qu’ils soient illicites ou licites » et « attendent que les animaux soient davantage considérés et protégés ».

Certains acteurs des municipales sont sensibles à la cause animale. Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau a signé la charte des propositions du Parti Animaliste. Egalement signataire, Zahra Bencharif, liste des Radicaux de gauche. Pierrick Courbon et Olivier Longeon.