Le SMS de Bernard Caïazzo qui bou­le­verse l’ASSE

Bernard Caïazzo, le pré­sident du conseil de sur­veillance de Saint-Étienne, vou­lait contes­ter l’ac­tion de son direc­teur géné­ral, qui l’a appris par un SMS acci­den­tel. Frédéric Paquet se retrouve sous la tutelle de Roland Romeyer, de retour, sur fond d’ar­ri­vée d’un nou­vel investisseur.

Retiré du monde des affaires depuis 2008, Bernard Caïazzo (65 ans) reste un homme pres­sé et sur­boo­ké, mul­ti­pliant les appels, les mails et les SMS. Trop, par­fois. Car cette fré­né­sie joue des tours au pré­sident du conseil de sur­veillance de l’AS Saint-Étienne. Ce fut encore le cas en jan­vier, où l’en­voi d’un SMS a déclen­ché un effet boule de neige.

Un SMS envoyé à la mau­vaise personne

En vou­lant adres­ser un mes­sage à Jean-Marc Barsotti, pré­sident de l’as­so­cia­tion des Verts, dans lequel il lui expli­quait la néces­si­té de contes­ter l’ac­tion du direc­teur géné­ral Frédéric Paquet, à l’oc­ca­sion du conseil de sur­veillance du 17 jan­vier, qu’il pré­side, Caïazzo s’est trom­pé de des­ti­na­taire. Il l’a envoyé à… Paquet.

Paquet sauve fina­le­ment sa peau

Lui-même venu dans le Forez par le contact de Bernard Caïazzo, Paquet est sur­pris. Il se retrouve contes­té en rai­son de déci­sions fortes comme le rem­pla­ce­ment du direc­teur de déve­lop­pe­ment mar­ke­ting par une diri­geante proche de lui ou aus­si pour le ren­voi d’Eric Blondel – homme de confiance de Caïazzo – du poste de team mana­ger. Mais le DG de sté­pha­nois sauve sa peau lors de ce conseil, le 17 jan­vier der­nier, en n’étant pas désavoué.

Les recettes du club poin­tées du doigt

Depuis son arri­vée, le spor­tif suit: l’ASSE est ain­si pas­sée de la 16e à la 4e place en Ligue 1. Mais le pro­blème se situe­rait plu­tôt au niveau du déve­lop­pe­ment éco­no­mique du club. Le DG des Verts doit trou­ver 10 mil­lions d’euros d’ici à 2021, puis 20 mil­lions à par­tir de cette date. Alors que les recettes, hors vente de joueurs, n’ont pas aug­men­té depuis 2010. Au déses­poir de Caïazzo, assure le quo­ti­dien sportif.

Romeyer se mêle à la danse

Le bou­le­ver­se­ment en interne ne se limite pour­tant pas à ce SMS. Car Roland Romeyer, pré­sident du direc­toire, s’en est mêlé. Depuis cette affaire, Paquet, pla­cé à la tête de l’exécutif de l’ASSE en rai­son du burn out que tra­ver­sait alors Romeyer, se retrouve ain­si sous la tutelle de… ce der­nier, vers qui il s’était tour­né après avoir reçu le SMS per­du de Caïazzo.

Les déci­sions de Paquet outrepassées

Depuis son retour – jusqu’en 2024 et la rené­go­cia­tion des droits télé –, Romeyer pas­se­rait outre toutes les déci­sions de son DG. Il gére­rait en soli­taire le cas Robert Beric qu’il veut pro­lon­ger contre l’a­vis de Paquet et, par ailleurs, le retour de Blondel pour épau­ler l’en­traî­neur Jean-Louis Gasset dans sa rela­tion dif­fi­cile avec Romeyer serait d’actualité. Paquet réflé­chi­rait donc à quit­ter l’ASSE en fin de saison.

Un nou­vel inves­tis­seur trou­vé par Caïazzo?

Vient alors la ques­tion épi­neuse de la vente du club. Bernard Caïazzo serait, tou­jours selon L’Equipe, sur le point de trou­ver un troi­sième inves­tis­seur pour le club du Forez. Celui-ci entre­rait alors pour un tiers au Conseil d’Administration du club, via une aug­men­ta­tion de capital.

Romeyer furieux

Cette arri­vée ne s’inscrirait donc pas dans un pro­ces­sus de vente immé­diate. Ce qu’avaient sou­hai­té Romeyer et Caïazzo en mai der­nier avec le fonds d’investissement amé­ri­cain PEAK6. Face à la venue de ce nou­vel inves­tis­seur, Romeyer serait furieux. Au milieu de ces cou­lisses ani­mées, une quel­conque offi­cia­li­sa­tion ne se fera en tout cas sûre­ment pas par SMS.



Les autres infos