Les agents de la STAS ont peur à Saint-Etienne



Trois ados montent dans le tram sans titre de trans­port. Pas de chance, ce jour-là les contrô­leurs sont là aujourd’hui. Et encore une fois ça dégénère.

Pour son par­don, la jeune femme de 19 ans explique avoir bous­cu­lé les agents pour pro­té­ger ses petits frères. « On était à la sta­tion de Châteaucreux à Saint-Etienne, il pleu­vait énor­mé­ment et le tram est arri­vé. On n’a pas eu le temps de prendre de billets ».

« D’accord, mais alors pour­quoi cette vio­lence au lieu de payer une amende. Vous avez bien frau­dé ? » lance-t-on dans le tri­bu­nal. « Ça a déra­pé, on n’a pas don­né nos adresses et pour fuir on a don­né des coups aux agents de la STAS ». Pour un des agents c’est 7 jours d’incapacité totale de tra­vail assor­tis de quelques heures à l’hôpital de Saint-Etienne pour des soins.

Pour l’avocat des contrô­leurs, Maitre Romain Maymon « les contrô­leurs de la STAS se demandent tous les jours sur qui ils vont tom­ber » et com­ment ça va se terminer.

Le tri­bu­nal va condam­ner la jeune fille à quatre mois de pri­son avec sur­sis,  Mais pour les agents de la STAS ça ne suf­fit pas. Ce same­di 26 octobre un pré­avis de grève est déjà calé. « Pour pour que les gens prennent conscience de la gra­vi­té des actes ».



Les autres infos