Les télé­spec­ta­teurs regrettent le départ de Jean-Pierre Pernaut

Dans le jour­nal Le Monde, l’essayiste Benoit Van de Steen pose une ques­tion. Il demande de nous éclai­rer sur les coûts cachés de la publicité.

« Je tenais d’abord à vous remer­cier, car, depuis tout ce temps, vous m’avez infor­mé gra­tui­te­ment. Et, tou­jours gra­tui­te­ment, vous m’avez aus­si aler­té quinze ans durant sur les mau­vaises uti­li­sa­tions éven­tuelles de l’argent public. Ah, ces soi­rées « Combien ça coûte ? » ! La rocade qui ne débouche nulle part. La pis­cine qui ne ver­ra jamais de chlore. Qu’est-ce qu’on a pu rire jaune ! » déclare-t-il à nos confrères du Monde.

Dans la Loire, le pré­sen­ta­teur va man­quer à cer­tains d’entre nous. Mireille s’était habi­tuée à ses pun­chlines, « Il était par­fois drôle à balan­cer les choses, il était dif­fé­rent ». Pour Nadine : « On s’était habi­tué à son visage, et on avait des nou­velles des régions, alors que BFM TV ne pense qu’à l’international et aux faits divers natio­naux ». Enfin pour Camille, « Pernaut, c’est du pas­sé, il faut des jeunes ». Sandra explique qu’elle a lu la presse : son can­cer l’a beau­coup éprou­vé phy­si­que­ment. Et psy­cho­lo­gi­que­ment, il a chan­gé radi­ca­le­ment sa façon de voir la vie ». « Il a com­pris qu’il était vieux et veut pro­fi­ter de sa famille ». Jean-Pierre Pernaut avait expli­qué qu’il ne vou­lait pas faire l’année de trop et se faire virer comme Claire Chazal. Il reste maître de sa car­rière et s’assure de nou­veaux ren­dez-vous à l’antenne.

Les autres infos