Lettre à la Préfète de la Loire : Steel, les com­merces du centre-ville, les PME-PMI tous unies

L’union fait la force et il n’est pas ques­tion aujourd’hui ni dans le futur d’attaquer les uns et les autres. Pour l’économie locale, cha­cun a sa place et tout un cha­cun pro­fite de l’autre dans une bonne entente. C’est en fili­grane ce que veulent faire entendre les signa­taires d’une lettre ouverte à des­ti­na­tion de Catherine Seguin, la Préfète de la Loire. 13 entre­prises ont signé, sou­te­nues par la Présidente de la CCI de la Loire, George Dubesset, le Président de la Chambre de Métiers et de l’artisanat de la Loire, le Président de la CPME Loire et le Président du MEDEF. Cette lettre est à lire sur 42info.fr.

13 entre­prises ont signé le courrier

Ce cour­rier est à l’origine un cour­rier natio­nal du CNCC prô­nant la réou­ver­ture des com­merces, dans leur ensemble. Josselin Durand explique : « J’ai eu l’envie de par­ta­ger cette volon­té avec l’ensemble des par­ties pre­nantes du com­merce et de l’Artisanat du dépar­te­ment, car nous sommes, Artisans, PME, TPE, fran­chi­sés, indé­pen­dants, tous concer­nés par la crise que nous tra­ver­sons. Ce n’est pas un cour­rier pour Steel, ça n’a jamais été le cas : c’est un cour­rier pour tous les pro­fes­sion­nels tou­chés par la fer­me­ture de leurs établissements.

« En pleine crise, ou demain après la tem­pête, c’est ensemble que l’économie devra avancer »

Pour les signa­taires : « Toute digi­ta­li­sa­tion prô­née par nos gou­ver­nants ne pour­ra résoudre nos pro­blèmes dans un laps de temps aus­si court, faute de moyens et faute de pou­voir jouer sur le même ter­rain que les pro­fes­sion­nels du com­merce en ligne. Nous exer­çons le même métier, mais pas avec les mêmes outils ni les mêmes moyens ; encore moins les mêmes contraintes. La dépen­dance digi­tale au réfé­ren­ce­ment exer­cée par les GAFA consti­tue un mono­pole dont ces acteurs abusent. Comme tout le monde le sait, l’approche des fêtes de fin d’année consti­tue LE temps fort du com­merce. Chaque jour, chaque week-end durant cette période cru­ciale compte plus que tout autre ». Les com­mer­çants du centre-ville de Saint-Étienne et ceux de Steel demandent à la Préfète une ouver­ture dès le 27 novembre. « En ouvrant dès le 27 novembre, c’est don­ner quelques jours et des chances de sur­vie de plus à des com­merces exsangues par­mi les­quels les liqui­da­tions s’enfilent comme des perles autour du col­lier de la faillite » dénoncent les concernés. 

« Face aux chan­ge­ments du com­merce dans sa glo­ba­li­té, nous devons tous tra­vailler ensemble pour nous adapter »

Josselin Durand, le direc­teur du centre com­mer­cial Steel a la convic­tion que l’union sera tou­jours ver­tueuse et que les dis­ten­sions ne per­mettent pas d’avancer. « À l’heure où nous sommes plus que jamais égaux face à la crise que nous tra­ver­sons, il est temps de prô­ner l’unité. Plus que la réou­ver­ture, à mon sens, c’est un cour­rier d’Ouverture. Face aux chan­ge­ments du com­merce dans sa glo­ba­li­té, nous devons tous tra­vailler ensemble pour nous adap­ter, notam­ment face à l’essor d’internet ». 

Josselin Durand est inti­me­ment convain­cu par le fait que « nous avons tous à nous appor­ter ! » Le direc­teur du centre com­mer­cial sté­pha­nois pense, que ce soit aujourd’hui, en pleine crise, ou demain après la tem­pête, que c’est ensemble que l’économie devra avan­cer. « J’ai appe­lé les res­pon­sables d’associations, de chambres consu­laires, de syn­di­cats. Nous avons ajou­té une notion de glo­ba­li­té dans le cour­rier ini­tial, et tous ont accep­té de sou­te­nir la démarche. Je trouve que cette har­mo­nie des points de vue est incroyable, et doit inter­ro­ger sur la per­ti­nence du cli­mat actuel. Je ne remets pas en ques­tion les choix sani­taires actuels, bien au contraire, les ser­vices hos­pi­ta­liers sont autant en souf­france que les com­mer­çants actuel­le­ment, pour notre san­té à tous et nous ne remer­cie­rons jamais assez les méde­cins et infir­miers qui ont œuvré sans relâche pour notre san­té à tous ».

Pour Josselin Durand : « si demain, à l’aune d’une période de Noël qui doit res­ter fes­tive, et sans tou­te­fois bou­le­ver­ser les efforts réa­li­sés par tous pour arri­ver à inflé­chir la courbe des conta­mi­na­tions, nous avons de nou­veaux para­mètres à appli­quer pour rou­vrir les com­merces, alors il faut tout mettre en œuvre pour le faire. Que ce soit par un comp­tage aux entrées, par de nou­velles pra­tiques de réser­va­tions, par une jauge aug­men­tée, par du gel hydro­al­coo­lique à dis­po­si­tion, il faut y arri­ver. Là n’est plus ques­tion de sau­ver Noël, mais bien selon moi, de sau­ver le com­merce phy­sique ». Entreprises main dans la main pour avan­cer ensemble, c’est l’idée de cette lettre à décou­vrir sur 42info. Une com­mu­nion des com­mer­çants qui doit per­du­rer dans le futur pour la ville et pour le dépar­te­ment de la Loire.

La Lettre Ouverte :

Les autres infos