Lettre à la Préfète de la Loire : Steel, les commerces du centre-ville, les PME-PMI tous unies

L’union fait la force et il n’est pas ques­tion aujourd’hui ni dans le futur d’attaquer les uns et les autres. Pour l’économie locale, cha­cun a sa place et tout un cha­cun prof­ite de l’autre dans une bonne entente. C’est en fil­igrane ce que veu­lent faire enten­dre les sig­nataires d’une let­tre ouverte à des­ti­na­tion de Cather­ine Seguin, la Préfète de la Loire. 13 entre­pris­es ont signé, soutenues par la Prési­dente de la CCI de la Loire, George Dubes­set, le Prési­dent de la Cham­bre de Métiers et de l’artisanat de la Loire, le Prési­dent de la CPME Loire et le Prési­dent du MEDEF. Cette let­tre est à lire sur 42info.fr.

13 entreprises ont signé le courrier

Ce cour­ri­er est à l’origine un cour­ri­er nation­al du CNCC prô­nant la réou­ver­ture des com­merces, dans leur ensem­ble. Jos­selin Durand explique : « J’ai eu l’envie de partager cette volon­té avec l’ensemble des par­ties prenantes du com­merce et de l’Artisanat du départe­ment, car nous sommes, Arti­sans, PME, TPE, fran­chisés, indépen­dants, tous con­cernés par la crise que nous tra­ver­sons. Ce n’est pas un cour­ri­er pour Steel, ça n’a jamais été le cas : c’est un cour­ri­er pour tous les pro­fes­sion­nels touchés par la fer­me­ture de leurs étab­lisse­ments.

« En pleine crise, ou demain après la tempête, c’est ensemble que l’économie devra avancer »

Pour les sig­nataires : « Toute dig­i­tal­i­sa­tion prônée par nos gou­ver­nants ne pour­ra résoudre nos prob­lèmes dans un laps de temps aus­si court, faute de moyens et faute de pou­voir jouer sur le même ter­rain que les pro­fes­sion­nels du com­merce en ligne. Nous exerçons le même méti­er, mais pas avec les mêmes out­ils ni les mêmes moyens ; encore moins les mêmes con­traintes. La dépen­dance dig­i­tale au référence­ment exer­cée par les GAFA con­stitue un mono­pole dont ces acteurs abusent. Comme tout le monde le sait, l’approche des fêtes de fin d’année con­stitue LE temps fort du com­merce. Chaque jour, chaque week-end durant cette péri­ode cru­ciale compte plus que tout autre ». Les com­merçants du cen­tre-ville de Saint-Éti­enne et ceux de Steel deman­dent à la Préfète une ouver­ture dès le 27 novem­bre. « En ouvrant dès le 27 novem­bre, c’est don­ner quelques jours et des chances de survie de plus à des com­merces exsangues par­mi lesquels les liq­ui­da­tions s’enfilent comme des per­les autour du col­lier de la fail­lite » dénon­cent les con­cernés. 

« Face aux changements du commerce dans sa globalité, nous devons tous travailler ensemble pour nous adapter »

Jos­selin Durand, le directeur du cen­tre com­mer­cial Steel a la con­vic­tion que l’union sera tou­jours vertueuse et que les dis­ten­sions ne per­me­t­tent pas d’avancer. « À l’heure où nous sommes plus que jamais égaux face à la crise que nous tra­ver­sons, il est temps de prôn­er l’unité. Plus que la réou­ver­ture, à mon sens, c’est un cour­ri­er d’Ouverture. Face aux change­ments du com­merce dans sa glob­al­ité, nous devons tous tra­vailler ensem­ble pour nous adapter, notam­ment face à l’essor d’internet ». 

Jos­selin Durand est intime­ment con­va­in­cu par le fait que « nous avons tous à nous apporter ! » Le directeur du cen­tre com­mer­cial stéphanois pense, que ce soit aujourd’hui, en pleine crise, ou demain après la tem­pête, que c’est ensem­ble que l’économie devra avancer. « J’ai appelé les respon­s­ables d’associations, de cham­bres con­sulaires, de syn­di­cats. Nous avons ajouté une notion de glob­al­ité dans le cour­ri­er ini­tial, et tous ont accep­té de soutenir la démarche. Je trou­ve que cette har­monie des points de vue est incroy­able, et doit inter­roger sur la per­ti­nence du cli­mat actuel. Je ne remets pas en ques­tion les choix san­i­taires actuels, bien au con­traire, les ser­vices hos­pi­tal­iers sont autant en souf­france que les com­merçants actuelle­ment, pour notre san­té à tous et nous ne remercierons jamais assez les médecins et infir­miers qui ont œuvré sans relâche pour notre san­té à tous ».

Pour Jos­selin Durand : « si demain, à l’aune d’une péri­ode de Noël qui doit rester fes­tive, et sans toute­fois boule­vers­er les efforts réal­isés par tous pour arriv­er à infléchir la courbe des con­t­a­m­i­na­tions, nous avons de nou­veaux paramètres à appli­quer pour rou­vrir les com­merces, alors il faut tout met­tre en œuvre pour le faire. Que ce soit par un comp­tage aux entrées, par de nou­velles pra­tiques de réser­va­tions, par une jauge aug­men­tée, par du gel hydroal­coolique à dis­po­si­tion, il faut y arriv­er. Là n’est plus ques­tion de sauver Noël, mais bien selon moi, de sauver le com­merce physique ». Entre­pris­es main dans la main pour avancer ensem­ble, c’est l’idée de cette let­tre à décou­vrir sur 42info. Une com­mu­nion des com­merçants qui doit per­dur­er dans le futur pour la ville et pour le départe­ment de la Loire.

La Lettre Ouverte :

Les autres infos