Lody, la chan­teuse Stéphanoise sort son pre­mier titre « 1,2,3 Pourquoi ? »

Lody est une chan­teuse de Saint-Étienne. Elle sort un pre­mier titre sur Deezer. Aussi dis­po­nible sur Spotify. Son pre­mier titre : « 1,2,3 Pourquoi ? ». Un album pop élec­tro va arri­ver. Aujourd’hui à Paris, elle revient par­ler aux Ligériens. Interview de l’artiste.

Vous avez gran­di pas loin d’ici. À Saint-Étienne. La petite fille que vous étiez à l’époque ima­gine-t-elle en arri­ver là avec des titres dif­fu­sés sur Deezer, Spotify, Apple Music ? 

Oui j’ai gran­di à St-Etienne et depuis toute petite je rêvais d’être artiste et faire un album. J’ai com­men­cé les cours de danse à 4 ans, à écrire des chan­sons vers 12 ans,puis j’ai pris des cours de chant et suis ren­trée au conser­va­toire de Musiques Actuelles de St-Etienne. Mais en effet, j’ai long­temps pen­sé que ce rêve était inac­ces­sible. Quand j’étais enfant, rien que le fait de vivre à Paris était quelque chose que je pen­sais impossible.

Cet album a des cou­leurs pop-élec­tro. C’est aci­du­lé, pétillant et colo­ré. C’est un album qui vous ressemble ? 

En effet, j’ai sou­hai­té vous trans­por­ter à tra­vers mes chan­sons dans un uni­vers colo­ré, moderne, léger, frais & sucré en abor­dant les thèmes de l’amour, du voyage & de la fête, mais aus­si de la déter­mi­na­tion en m’inspirant de mes émo­tions, de moments vécus à tra­vers ma vie d’artiste, fes­tive, autour du monde et à Paris.

Pourquoi cet album ?

Je sou­haite que cet album apporte plein de vibes posi­tives à mon public. Je veux les faire dan­ser, vibrer et sou­rire, les entraî­ner dans mes rêves & qu’ils s’évadent loin des sou­cis et d’une période com­pli­quée. J’aimerais que mes chan­sons soient sym­bole de fan­tai­sie, de force & d’espoir. Que que jamais dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, pas mal per­tur­bé et flou.

Je sou­hai­tais un style moderne & festif

Quelles sont vos influences ?

Depuis toute petite j’écoute de la varié­té fran­çaise, de Michel Berger, Gainsbourg, Johnny Hallyday, en pas­sant par Mylène Farmer, Jenifer. Je me suis mise à écou­ter beau­coup de Soul music à mon ado­les­cence, telles que Etta James, Amy Winehouse, Alicia Keys, Diana Ross, Duffy, ce qui a d’ailleurs moti­vé l’un de mes longs voyages à New York. Et puis j’écoute beau­coup les chan­teuses Pop inter­na­tio­nales comme Dua Lipa par exemple en ce moment ! Ou Rihanna auparavant.

 

Comment ce pro­jet a abou­ti ? 

J’écris mes textes et mes mélo­dies. Je me suis entou­rée d’une équipe de tra­vail pour m’accompagner dans mon pro­jet. J’ai un auteur à Paris qui a coécrit avec moi la plu­part de mes titres, mais pour celui-ci “1,2,3 pour­quoi », c’est dif­fé­rent, je l’ai écrit avec une amie l’hiver der­nier à St-Barth, lorsque je suis par­tie chan­ter là-bas. Pour la musique et les arran­ge­ments, je col­la­bore avec un musi­cien qui a son propre label et son stu­dio d’enregistrement à Paris.

Il vient notam­ment de ter­mi­ner le tout der­nier album de David Hallyday. Je lui envoie des liens, des ins­pi­ra­tions afin de prendre la direc­tion et l’ambiance musi­cale que je sou­haite, sachant que j’aime la musique com­mer­ciale et que c’est dans cette direc­tion que je vou­lais aller. Pour moi, le choix de l’électro était une évi­dence puisque j’aime énor­mé­ment cette musique, que je l’a chante et l’écoute beau­coup en soi­rée notam­ment à Ibiza où j’adore me rendre. Je sou­hai­tais un style moderne & fes­tif tout en créant un uni­vers doux & roman­tique, bien fran­çais quoi ! Car je suis comme ça ! Toujours fes­tive, posi­tive et sou­riante ! Mais pas pour autant fake et sans sen­ti­ment, bien au contraire !

Je serai donc ravie, une fois que nous serons sor­tis de cette crise sani­taire de pou­voir ren­con­trer mon public

Vous êtes aujourd’hui ins­tal­lé à Paris. La scène vous connais­sez bien ?

En effet, je chante depuis plu­sieurs années autour du monde dans le cadre de soi­rées pri­vées, fes­tives avec un music band com­plet. Je chante uni­que­ment des reprises inter­na­tio­nales dans ces shows et cela m’a per­mis de deve­nir inter­mit­tente du spec­tacle et de pou­voir vivre à Paris.

Une envie de faire de la scène à Saint-Etienne et dans la Loire ?

Bien enten­du ! Mon plus grand sou­hait aujourd’hui est de ralen­tir sur les voyages à l’autre bout du monde, me concen­trer sur la France & mon pro­jet de chan­sons fran­çaises,  Je serai donc ravie, une fois que nous serons sor­tis de cette crise sani­taire de pou­voir ren­con­trer mon public dans la Loire, chez moi, et encore plus par­ti­cu­liè­re­ment celui de ma région.

Les autres infos