Loire — Coronavirus : un confi­ne­ment, la liste des mesures

Les prin­ci­pales mesures annon­cées par Emmanuel Macron

  • Confinement. “Ce mar­di à midi, et pour 15 jours, nos regrou­pe­ments seront réduits. Se pro­me­ner, retrou­ver ses amis dans le parc, la rue, ne sera plus possible”
  • Déplacements. “Seuls doivent demeu­rer les tra­jets néces­saires, avec les consignes spécifiques”.
  • Télétravail. “Toutes les entre­prises doivent s’or­ga­ni­ser pour mettre en place le tra­vail à distance”
  • Municipales. “J’ai déci­dé que le second tour des élec­tions muni­ci­pales serait reporté”
  • Réformes. “J’ai déci­dé que toutes les réformes en cours seraient sus­pen­dues, y com­pris la réforme des retraites. Dès mer­cre­di, en conseil des ministres, sera pré­sen­té un pro­jet de loi per­met­tant au gou­ver­ne­ment de répondre à l’ur­gence et, lorsque néces­saire, de légi­fé­rer par ordon­nances. Ce pro­jet sera sou­mis au Parlement dès jeudi”
  • Armée. “Un hôpi­tal de cam­pagne du ser­vice des armées sera déployé dans les jours à venir en Alsace. Les armées appor­te­ront aus­si leur concours pour dépla­cer les malades des régions les plus affec­tées et ain­si réduire la conges­tion des hôpitaux”
  • Frontières. “Dès midi, les fron­tières à l’en­trée de l’Union euro­péenne et de l’es­pace Schengen seront fer­mées. Tous les voyages entre les pays euro­péens et l’Union euro­péenne seront sus­pen­dus. Les Français qui sont à l’é­tran­ger et sou­haitent ren­trer pour­ront bien rejoindre leur pays”
  • Entreprises. “[Il y aura] un report de charges fis­cales et sociales, report d’é­chéances ban­caires, et une garan­tie de l’Etat à hau­teur de 300 mil­liards d’eu­ros pour tous les prêts contrac­tés par les plus petites entre­prises. Dès demain, les fac­tures et les loyers seront sus­pen­dus” (pour les PME)

Quelles sont les règles de confi­ne­ment dans la Loire ?

La rumeur qui a cir­cu­lé de manière intense sur les réseaux sociaux dimanche soir s’est en par­tie confir­mée avec le dis­cours d’Emmanuel Macron ce lun­di soir. Un confi­ne­ment presque total de la popu­la­tion va débu­ter ce mar­di 17 mars à par­tir de midi. Les règles de ce confi­ne­ment n’ont pas été direc­te­ment détaillées par le chef de l’Etat, mais par Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, dans la soi­rée. Les dépla­ce­ments et les sor­ties sont réduites désor­mais à leur strict mini­mum. Alors que crèches, écoles, com­merces et res­tau­rants sont déjà fer­més, se réunir entre amis ou même en famille sera pros­crit. Sortir dans les parcs ou dans la rue éga­le­ment. Seront auto­ri­sés les dépla­ce­ments pour faire ses courses ou se soi­gner. Emmanuel Macron a aus­si évo­qué des sor­ties pour “faire une acti­vi­té phy­sique”, mais en soli­taire. Voici le détail des mesures de confi­ne­ment livré par Christophe Castaner :

  • Se réunir en groupe, jouer dans un parc est inter­dit, il faut “renon­cer aux déjeu­ners en famille, à voir ses amis, aux acti­vi­tés asso­cia­tives tant qu’il ne s’a­git pas de mis­sion d’as­sis­tance”. Faire de l’exercice phy­sique ou sor­tir son chien est pos­sible, mais uni­que­ment à titre indi­vi­duel, autour du domi­cile et sans aucun rassemblement.
  • Se dépla­cer est aus­si inter­dit, sauf pour faire ses achats de pre­mière néces­si­té dans les com­merces auto­ri­sés, se rendre auprès d’un pro­fes­sion­nel de san­té, se dépla­cer pour la garde de ses enfants ou le sou­tien des per­sonnes vul­né­rables, ou pour se rendre à son lieu de tra­vail quand le télé­tra­vail est impossible.
  • Pour se dépla­cer il fau­dra télé­char­ger une attes­ta­tion en ligne sur le site du minis­tère de l’in­té­rieur, la rem­plir “pour pré­ci­ser la nature de son dépla­ce­ment”. Un papier libre sera tolé­ré pour ceux qui n’ont pas d’im­pri­mante. “Ceux qui dis­posent de cartes pro­fes­sion­nelles seront invi­tés à le présenter”.
  • Un dis­po­si­tif de contrôle est mis en place par les forces de l’ordre, avec 100 000 poli­ciers et gen­darmes dis­po­sés sur des points de contrôles fixes et mobiles, sur les axes prin­ci­paux et secon­daires. Contrôle des véhi­cules, mais aus­si des piétons.
  • La vio­la­tion de ces règles sera punie d’une amende pou­vant atteindre 38 euros, mais qui pour­rait aller ensuite jus­qu’à 135 euros.

Comment évo­lue la situa­tion dans la Loire ?

Lundi 16 mars, selon Santé publique France, le nombre de cas de coro­na­vi­rus dans le pays est pas­sé à 6 633 depuis le début de l’é­pi­dé­mie. La France compte 1 210 per­sonnes conta­mi­nées de plus en 24 heures. Le bilan passe à 148 morts dont 21 sup­plé­men­taires dans les der­nières 24 heures. Quelques heures plus tôt, Jérôme Salomon a évo­qué au micro de France Inter une situa­tion qui “se dété­riore très vite” avec un nombre de cas “qui double tous les trois jours”. Dimanche, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education natio­nale, avait avoué sur Franceinfo que l’é­pi­dé­mie allait tou­cher “pro­ba­ble­ment” la moi­tié des Français. La France est loin de la situa­tion ita­lienne mais elle a 8 à 9 jours de retard et suit une courbe simi­laire. Le 8 mars der­nier, l’Italie pas­sait en effet le cap des 6 000 cas. Elle en compte près de 28 000 aujourd’­hui. L’explosion du coro­na­vi­rus en France fait craindre un engor­ge­ment des hôpi­taux. Les spé­cia­listes alertent en plus sur une sous-éva­lua­tion des cas avec sans doute des malades non iden­ti­fiés, ayant peu ou pas de symp­tômes (por­teurs sains) mais qui peuvent se révé­ler très conta­gieux pour leur entourage.

C’est dans ce contexte que Le Monde a pu se pro­cu­rer dimanche 15 mars des modé­li­sa­tions confi­den­tielles, réa­li­sées par le groupe de scien­ti­fiques qui conseillent l’Elysée. Celles-ci chiffrent en plu­sieurs cen­taines de mil­liers de morts les vic­times du coro­na­vi­rus en France si rien n’é­tait fait. “En l’ab­sence de toute mesure de pré­ven­tion ou d’en­di­gue­ment”, l’é­pi­dé­mie de Covid-19 pour­rait pro­vo­quer 300 000 à 500 000 morts. Attention cepen­dant : aus­si alar­mistes soient-elles, ces modé­li­sa­tions sont pure­ment théo­riques et montrent sur­tout le poten­tiel des­truc­teur du virus. “Ce scé­na­rio a été cal­cu­lé en rete­nant les hypo­thèses de trans­mis­si­bi­li­té et de mor­ta­li­té pro­bables les plus éle­vées, et ce en l’ab­sence des mesures radi­cales de pré­ven­tion et d’é­loi­gne­ment social qui viennent d’être prises”, pré­cise le journal.

Les autres infos