Loire : des res­tau­ra­teurs ne vont pas se relever

Les res­tau­ra­teurs de la Loire craignent de ne pas sor­tir la tête de l’eau. Le Premier Ministre n’a tou­jours pas pris de déci­sions pour les bars et res­tau­rants. À Saint-Étienne, les sala­riés sont au chô­mage par­tiel. « On nous parle d’une réou­ver­ture le 20 jan­vier, mais on n’a pas de cer­ti­tude, on parle aus­si d’une 3eme vague, alors pour nous que va-t-il se pas­ser ? La fer­me­ture de nos enseignes à Saint-Étienne ? »

« le gou­ver­ne­ment écoute les méde­cins qui sont dans le déni et qui trompent les diri­geants et la popu­la­tion française »

Le sec­teur de la res­tau­ra­tion est sou­te­nu par l’état avec un fonds de soli­da­ri­té. L’union des métiers et des indus­tries de l’hôtellerie a esti­mé une perte de 7 à 8 mil­liards d’euros dans le sec­teur en France. Le syn­di­cat craint 30 000 dépôts de bilan. « Dans la Loire, ça sera pareil, ça va fer­mer ». Pour ce patron de res­tau­rant dans le centre-ville de Saint-Étienne, « lorsqu’on tra­vaille 14h par jour depuis des années et qu’il faut s’arrêter d’un coup, c’est ingé­rable éco­no­mi­que­ment ». Certains patrons sont dépi­tés de la situa­tion et ne com­prennent plus la situa­tion. Pour eux, « le gou­ver­ne­ment écoute les méde­cins qui sont dans le déni et qui trompent les diri­geants et la popu­la­tion française ».

Les autres infos