Loire : quand les dis­co­thèques rouvriront-elles ?

Depuis le 13 mars, toutes les boites de nuit sont fer­mées au public. En trois mois, les éta­blis­se­ments ont per­du énor­mé­ment d’argent et ne savent tou­jours pas quand ils pour­ront rou­vrir. Et à quelles conditions. 

La France se décon­fine : les parcs ont rou­vert leurs portes et depuis mar­di 2 juin, les ter­rasses se sont rem­plies par­tout à Roanne et Saint-Etienne. Mais cer­tains sec­teurs, de l’é­vé­ne­men­tiel notam­ment, s’in­ter­rogent tou­jours sur la pos­si­bi­li­té de reprendre l’ac­ti­vi­té et d’ac­cueillir du public. C’est le cas des boîtes de nuit. Au “Club” à Saint-Etienne ou au “Must” à Bellegarde-en-Forez, des cen­taines de per­sonnes dan­saient chaque soir avant le confi­ne­ment, la salle prin­ci­pale du “Must” est res­té une nou­velle fois vide, same­di soir. Depuis la nuit du 13 mars, rien n’a bou­gé dans les dis­co­thèques de la Loire.

“Globalement, toutes les ins­tal­la­tions ont été mises à l’arrêt”, regrette un res­pon­sable Stéphanois. Avec le confi­ne­ment et l’in­ter­dic­tion pour les Français de se ras­sem­bler dans des espaces clos à plus de dix per­sonnes, c’est tout le monde de la nuit qui s’est endormi.

“Je ne sais pas com­ment, dans un ave­nir proche, cette acti­vi­té va renaître”, recon­naît le gérant du monde de la nuit. Et sur­tout, avec quelles contraintes les boites de nuit rou­vri­ront-elles ?, s’interroge-t-il. 

Une dis­tan­cia­tion phy­sique “impos­sible” à respecter

Si le lavage de mains obli­ga­toire à l’en­trée des éta­blis­se­ments semble facile à mettre en œuvre, d’autres mesures risquent de refroi­dir beau­coup d’ac­teurs du sec­teur. Dans un lieu de socia­li­sa­tion comme une dis­co­thèque, com­ment faire res­pec­ter la dis­tan­cia­tion phy­sique ? “Impossible”, répond les pro­fes­sion­nels de la nuit. “On ne peut pas dans notre éta­blis­se­ment tra­cer des cercles en deman­dant aux gens de res­ter à un mètre les uns des autres”.

Pour que les boites de nuit puissent à nou­veau accueillir les dan­seurs du same­di soir, “le gou­ver­ne­ment doit être prêt à assu­mer qu’il rouvre des éta­blis­se­ments sans dis­tan­cia­tion sociale”. Reste à voir si une telle annonce est pos­sible et quand elle pour­rait avoir lieu. Une chose est sûre : il ne sera pas pos­sible de dan­ser en boite de nuit avant le 21 juin, date de la fin de la deuxième phase du déconfinement. 

Les autres infos
Les autres infos