Loïs Diony voulait «tout casser en 2018»? Ce sera finalement à Bristol City et non avec les Verts

La recrue la plus chère de l’histoire de l’ASSE vient d’annoncer ce mardi son départ chez le 5e de D2 anglaise.

 

  • Arrivé l’été dernier en tant que recrue la plus chère de l’histoire de l’ASSE, Loïs Diony n’a toujours pas inscrit le moindre but avec les Verts.
  • Après six mois à l’envers, l’ancien attaquant dijonnais vient d’officialiser via son compte Instagram son départ pour Bristol City (D2 anglaise).

 

Malgré une phase aller assez catastrophique (0 but en 15 apparitions), Loïs Dionys’était montré optimiste et ambitieux, le 7 janvier durant l’un de ses rares échanges avec la presse. Titularisé ce jour-là lors du succès (2-0) en Coupe de France contre Nîmes, l’attaquant de 25 ans semblait vraiment vouloir prouver qu’il pouvait s’imposer à Saint-Etienne.

 

 



« J’ai bien repris l’année après m’être vidé la tête, confiait alors l’ancien Dijonnais. J’ai fait un très bon stage. J’ai envie de tout casser. 2018, c’est une nouvelle page du livre qui commence. Je suis prêt après six mois d’adaptation et je pense que le retour de Robert Beric est un plus pour moi. »

« Je suis le premier déçu mais la vie continue »

Mais après être resté sur le banc contre Toulouse et même absent du groupe à Metz et à Nice, celui-ci a visiblement compris qu’il n’entrait pas vraiment plus dans les plans de Jean-Louis Gasset (qui a appuyé la venue de Paul-Georges Ntep) que dans ceux d’Oscar Garcia en début de saison. Si bien que Loïs Diony a même devancé la communication du club stéphanois en annonçant ce mardi sur son compte Instagram son départ pour Bristol City (actuel 5e de D2 anglaise).

 

« Cela n’a pas fonctionné, je suis le premier déçu mais la vie continue », a notamment précisé dans son message (supprimé ce mardi après-midi) le joueur, qui devrait être prêté avec une option d’achat. Acheté l’été dernier très exactement 7,3 millions d’euros (selon l’ASSE), un montant le plaçant symboliquement comme la recrue la plus chère de l’histoire des Verts, Loïs Diony y laissera donc le souvenir d’un flop colossal.

 



 

 

Source: 20minutes.fr