Magasins ouverts le dimanche

Le sujet divise.

Une ville vit grâce à ses com­merces et pour l’animer il faut qu’ils soient nom­breux et dynamiques. Pour ce faire, la ville a retenu douze dimanch­es qui per­me­t­tront à des com­merces d’être ouverts en ces jours domini­caux.

Mais pour cer­tains, c’est une mesure rétro­grade car si les petits com­merces peu­vent deman­der l’ouverture le dimanche, cer­tains pensent que ce sont les grandes sur­faces en périphérie de la ville qui vont en prof­iter le plus.

Nadia Semache (divers gauche) explique à nos con­frères du Pro­grès : « Il s’agit d’une ques­tion récur­rente et déli­cate, je respecte ceux qui acceptent de tra­vailler le dimanche pour des raisons finan­cières, mais bien sou­vent, cette démarche se fait au détri­ment de la famille et des enfants ». Même con­stat pour Olivi­er Lon­geon qui pense que cette loi béné­fi­cie, avant tout, aux grandes sur­faces.

Sur la page Face­book de 42info.fr, vous avez été très nom­breux à avoir com­men­té cette infor­ma­tion et beau­coup d’entre vous pensent que l’on va forcer des salariés à tra­vailler plus sans véri­ta­ble­ment leur deman­der leur avis. D’autres esti­ment, au con­traire, que c’est un plus pour celles et ceux qui veu­lent prof­iter de ce jour de repos pour faire leurs achats.

Pour le cen­tre-ville de Saint-Eti­enne, cette ini­tia­tive per­me­t­trait d’apporter un plus aux grands événe­ments. C’est l’avis de Lionel Saugues qui explique que « ces dimanch­es cor­re­spon­dent à des péri­odes impor­tantes comme les sol­des, les fêtes de fin d’année ou encore des événe­ments cul­turels tels que la fête du livre où nous souhaitons que les com­merçants soient des ambas­sadeurs. Cette nou­velle mesure va per­me­t­tre de boost­er le chiffre d’affaires ».

Il est vrai que, lorsque des man­i­fes­ta­tions comme le fes­ti­val Paroles et Musiques ou la Bien­nale de Design de Saint-Eti­enne font venir beau­coup de pub­lic en ville, pourquoi ne pas prof­iter de cet afflux pour faire tra­vailler le com­merce.

La loi Macron a mod­i­fié les dis­po­si­tions du Code du Tra­vail applic­a­bles le dimanche.

Elle per­met aujourd’hui aux com­munes d’autoriser l’ouverture douze dimanche par an au max­i­mum. Une con­cer­ta­tion a eu lieu entre les élus et les com­merçants pour établir les jours d’ouverture.

Les jours retenus sont : Les dimanche 14 jan­vi­er et dimanche 21 jan­vi­er (début de la péri­ode des sol­des), Le 1er juil­let et 8 juil­let (péri­odes de sol­des), 2 sep­tem­bre (l’avant ren­trée sco­laire), le 14 octo­bre (la fête du livre de Saint-Eti­enne), le 25 novem­bre (le black fri­day) et les 2, 9, 16, 23 et 30 décem­bre (pour les fêtes de fin d’année).

Les autres infos