MAM : Vues Urbaines, expo du 19 mai au 16 sep­tembre 2018

Le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne ouvre ses portes sur une nou­velle expo­si­tion qui pro­pose des pho­to­gra­phies dartistes offrant un regard sur des villes et ses habi­tants. Différentes époques et lieux. On y ver­ra bien sûr Saint-Etienne et sa région mais aus­si des clichés de Londres en pas­sant par Chicago.

Née à Firminy, Valérie Jouve expose ses pho­tos pour la pre­mière fois dans sa région natale. Son expo lui tient à cœur car elle a tou­jours reven­di­qué l’impor­tance de sa culture stépha­noise dans les pro­blématiques portées par ses images.

Tout au long de l’évolution de son tra­vail, elle est reve­nue régu­lière­ment déceler dans la région stépha­noise les évolu­tions de nos sociétés : la soi-disant dis­pa­ri­tion des classes, les nou­velles élites de cols blancs, le déni des réali­tés (comme la pas­tel­li­sa­tion de la ville de Saint-Étienne dans les années 1980 par exemple). Le musée de Saint-Etienne, pour ses 30 ans, lui offre une carte blanche.

Le public décou­vri­ra aus­si les vues des quar­tiers pauvres d’Helen Lewitt à New-York à la fin des années 1930. En 1953, Nigel Henderson s’intéresse aux milieux popu­laires de lEast End à Londres. Lexpo­si­tion revient sur les mon­tages et tra­vaux plus poli­tiques de Wolf Vostell, pre­mier artiste alle­mand à oser dans son pays des références au troi­sième Reich puis à la guerre du Vietnam. Avec la série des Viola Tricolor, Eric Dietman détourne avec humour des pho­to­gra­phies urbaines de leur des­ti­na­tion pre­mière.

L’expo­si­tion présente les pho­to­gra­phies de Gunter Förg Gde la mai­son sans esca­lier lors de son séjour à Saint-Etienne dans les années 1980, ou encore celles de Louis Caterin, fin obser­va­teur de larchi­tec­ture de la région qui sai­sit le nou­veau quar­tier de Montreynaud dans les années 1970. Ito Josué est,lui, aux pre­mières loges des réali­sa­tions de larchi­tecte Gouyon, dans le quar­tier de Beaulieu, mais aus­si de celles plus connues des archi­tectes Roux, Sive et Le Corbusier, pour l’édification de lensemble Firminy Vert. Ces nou­veaux quar­tiers fas­cinent Rajak Ohanian, qui pho­to­gra­phie les réali­sa­tions de Renaudie à Givors, ou encore Laurent Gueneau, qui choi­sit à Canton les confron­ta­tions entre ville et nature.

La der­nière sec­tion de cette expo­si­tion présente les oeuvres de Rajak Ohanian dans la ville de Chicago. Après deux ans sur place, en grand ama­teur de musique, l’artiste développe un pro­to­cole ins­pi­ré des contre­points et des varia­tions du jazz, et crée de grands tirages inéditsoù il sai­sit l’esprit de la ville tout autant que la sin­gu­la­ri­té de ceux qui la sillonnent.

 

Découvrez Valérie Jouve, ori­gi­naire de la Loire dans le maga­zine Jeu de Paume :

 

Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne

Tel : 04 77 79 52 52



Les autres infos