Monnet-Paquet et les péri­pé­ties du mois de janvier

Arrivé en 2014, Kevin Monnet-Paquet fait par­tie des plus anciens joueurs de l’ef­fec­tif des Verts. Alors quand il est ques­tion de par­ler de la période dif­fi­cile que tra­verse le club depuis la défaite à domi­cile dans le der­by, l’an­cien joueur de Lorient sait prendre les choses avec du recul et ana­lyse cal­me­ment la situation : 

Jusque-là, tout se pas­sait bien et on a l’im­pres­sion qu’un petit grain de sable est venu enrayer la machine. Dijon a créé un petit coup de flou. Il y a eu pas mal de péri­pé­ties, le match de Nantes, celui remis contre Strasbourg, des dif­fi­cul­tés pour s’en­traî­ner. C’est un peu péna­li­sant. Après, Ole Selnaes est par­ti un peu rapi­de­ment, mais on ne gère pas ces aspects-là.


Celui qui est deve­nu la coque­luche du Chaudron ces der­nières sai­sons reste posi­tif et voit l’a­ve­nir s’é­clair­cir pour son club. Éliminés de toutes les com­pé­ti­tions natio­nales, les hommes de Gasset peuvent se concen­trer à 100% sur le cham­pion­nat et rêvent d’Europe en fin de saison. 
​Pour conti­nuer à rêver, les Verts doivent boni­fier les vic­toires à domi­cile par un par­cours plus sérieux à l’ex­té­rieur, et ça, le cou­teau suisse de l’ASSE l’a bien com­pris : “Ceci dit, tout le monde bosse bien, est moti­vé. Ça va être chaud jus­qu’au bout pour l’Europe. Mais on veut être dans le sprint, en retrou­vant d’a­bord la vic­toire à Geoffroy-Guichard, main­te­nant qu’on arrive à grap­piller des points à l’extérieur.



Les autres infos