N’est-il pas temps de rou­vrir la culture

Cinéma, théâtre, opé­ra, salle de spec­tacle. Tous les lieux de culture sont tou­jours fer­més dans notre dépar­te­ment. Pourtant, le sec­teur cultu­rel est en plein boom. Depuis 6 ans en France, 700 000 emplois ont été créés en France.

Un rebond dans ce milieu qui a recru­té avant la crise sani­taire, dans la musique et dans le jeu vidéo, dans les arts visuels et le spec­tacle vivant. Selon France Culture, la culture était donc un des sec­teurs les plus dyna­miques en Europe, à 90 % por­tée par le mar­ché et le sec­teur pri­vé, et seule­ment 10 % par le sec­teur public.

Rendez-nous nos cinémas

À Saint-Étienne, les deux ciné­mas Le Méliès sont fer­més alors que Netflix sort conti­nuel­le­ment de nou­veaux films chaque semaine pen­dant que les pro­duc­tions sortent leurs œuvres en strea­ming. Même Netflix s’investit dans les vieux films. Huit films de Claude Chabrol sont dis­po­nibles  dont Madame Bovary, Merci pour le cho­co­lat, ou encore La Cérémonie. La pla­te­forme de strea­ming amé­ri­caine, comme ses concur­rentes, pro­fite évi­dem­ment de la fer­me­ture des salles. « On aimait aller au Méliès pour voir par­fois une resor­tie, un vieux film lors d’une soi­rée thé­ma­tique au ciné­ma » explique une ciné­phile. Aujourd’hui, ils sont dis­po­nibles soit sur MyCanal soit sur Netflix.

France Télévision annonce que Netflix conti­nue d’en­gran­ger des abon­nés : plus de 200 mil­lions désor­mais dans le monde, près de 160 mil­lions pour Disney +. Netflix épais­sit donc encore son cata­logue de clas­siques fran­çais, après être deve­nue récem­ment mécène de la Cinémathèque, à Paris, signe d’un réchauf­fe­ment de ses rela­tions avec le ciné­ma en France.

Pour l‘actrice Julie Gayet, « les pré­cau­tions sani­taires des­ti­nées à lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du Covid-19 tuent non seule­ment le ciné­ma, mais l’ensemble de la culture », a‑t-elle affir­mé sur France 5 ce lun­di. L’actrice a appe­lé le gou­ver­ne­ment à mettre en place des règles per­met­tant la reprise des acti­vi­tés des théâtres et ciné­mas qui le sou­haitent et qui en ont la pos­si­bi­li­té. « Il n’y a pas eu de clus­ters dans les théâtres avec une jauge limi­tée », a‑t-elle noté. « Ça aurait été assez for­mi­dable de se dire qu’[…] on pou­vait aller au théâtre. Il n’y aurait pas eu foule ». Elle a expli­qué qu’il y avait des « mil­lions (de per­sonnes) dans le métro ».

Plus de 800 pro­fes­sion­nels du ciné­ma, par­mi les­quels Jacques Audiard, Valérie Donzelli, Pierre Niney, Léa Seydoux, dénoncent, dans une tri­bune au « Monde », le gâchis. Pour que la culture ré-ouvre en France, mais aus­si dans la Loire.

Les autres infos