Noël à STEEL : « il faut de l’unité avec le centre-ville »

Après presque quatre semaines de fermeture, les commerces non essentiels rouvrent ce samedi 28 novembre avec un protocole sanitaire renforcé. 

Steel, cette année, ne fera pas de marché de Noël mais va décorer son site. « On s’est posé la question. Est-ce qu’on met les décorations de Noël ? Pour la magie de Noël, ce serait dramatique de ne pas le faire » explique son directeur Josselin Durand. 

Seules les animations théâtralisées n’auront pas lieu. La direction du centre commercial appelle à une unité et demande que tous soient unis. La division doit s’arrêter.

Aujourd’hui, pour l’ouverture des boutiques à Saint-Étienne, ce que les gens veulent c’est penser à leurs cadeaux de Noël, « donc on va offrir tous les jours sur les réseaux sociaux un cadeau et une carte cadeau à Steel » annonce le directeur Josselin Durand , un calendrier de l’avent digitalisé.

Afin d’inviter les habitants à retrouver en cette période morose l’esprit de Noël, le centre commercial a installé son garage du père Noël avec des couleurs et des lumières festives (à retrouver en vidéo ci-dessous). Retrouver le plaisir de vivre tout en respectant les gestes barrières.

 

Tous unis pour Noël à Saint-Etienne

Malgré un contexte particulièrement trouble et chargé en cette période de crise sanitaire qui accroît la morosité ambiante en plombant le moral des Français, des commerçants pugnaces mènent le combat avec optimisme et détermination. C’est le cas de Steel mais aussi des commerçants des centres-villes de la Loire.

Ici tous unis pour un seul objectif. Que les clients reviennent, que l’économie redémarre et que les fêtes soient là quand même. La direction de Steel prend avec grand sérieux les demandes du gouvernement : « On a des allées qui sont extrêmement larges, nous sommes aérés, en extérieur. Même si on devait être à 10 mètres carrés par personne, on les aurait si besoin. La distanciation est là, et on va la respecter ».

 

La priorité à Steel c’est la santé

Pour le directeur de Steel : « La priorité c’est la santé. A Steel, on met tout en œuvre pour que les règles soient respectées ». Mais les commerces doivent rouvrir. Il ne faut pas oublier que Steel c’est 800 emplois. C’est un investissement de 160 millions d’investissement privés.

« Il y a des gens qui viennent de Clermont-Ferrand, de Vienne, de Roanne, de toute la Haute-Loire pour Steel. » explique le directeur de Steel. 

Une habitude qui n’existait pas avant. « Ma question : comment on fait pour faire rayonner les personnes qui ne venaient plus à Saint-Étienne, pour les faire revenir en centre-ville ? » annonce le directeur. La réponse est faite. Une unité dans les commerces de la Loire. Travailler avec le centre-ville. Mettre en avant les talents. Travailler main dans la main et ne pas se faire la guerre. « Il y a des talents en centre-ville et ailleurs, je ne veux que leur donner la parole à Steel » indique Josselin Durand. « C’est pour ça que je pense qu’une ville doit être dotée de plein d’équipements ».

 

Les commerçants du centre-ville rassurés

Il y a une unité dans l’adversité. Tous les acteurs de l’économie sont concernés par ce qui se passe en ce moment. Et il n’est pas question de rester divisés. Le directeur du centre commercial annonce que « Steel a ouvert et ensuite les commerçants du centre-ville ont été rassurés rapidement. On avait entendu qu’ils ne viendraient jamais nous voir et finalement, ils sont venus, et ils ont trouvé que ce n’était pas la même chose que le centre-ville ». Il n’y avait pas moins de monde dans le centre-ville de Saint-Étienne après l’ouverture de Steel. C’est ce qu’a confirmé le vice-président de l’association Sainté-Shopping. Ce dernier avait dit : « qu’il n’y avait pas de baisse de fréquentation constatée dans le centre ».

Très vite, les acteurs du commerce se sont rendu compte d’une cohabitation possible et aisée. À la direction de Steel on constate que : « c’est devenu détendu et apaisé » et ajoute « Il y a eu une convention qui s’est signée avec le centre-ville ». On imagine des tensions qui n’existent pas. « On est dans la même ville, il y a 44% de commerces indépendants à Steel » (NDLR : Franchisés et commerces indépendants inclus). Tous les commerces font vivre des familles. « Quelle est la différence entre un indépendant à Steel et en centre-ville ? Il n’y en a pas, ce sont les mêmes problématiques. »

 

 Des indépendants ont investi à Steel Saint-Étienne

Ils sont nombreux les petits commerces à croire en Steel : Captain Donuts qui a mis son argent en jeu pour s’installer à Steel, mais aussi les macarons Deville qui ont choisi de venir ici. Styl Optique y investit. « Ils ont tous mis leurs économies en jeu. » indique Josselin Durand.  « Il y a des gens derrière tout ça. Ce n’est pas parce qu’ils sont à Steel qu’ils ne sont pas commerçants indépendants. Et c’est aussi grâce a eux que l’économie locale de la ville ira mieux. Et c’est grâce à tout ce monde que le centre-ville pourra en être plus fort.

 

Steel, une vitrine pour les talents de la Loire

On peut imaginer mettre des talents du centre-ville à Steel. Mettre aussi les petits commerces en avant. Il y a des pépites dans notre département et il est possible de leur offrir une vitrine ici. « On l’oublie pour des guerres de chapelle » explique Josselin Durand. Cela n’apporte rien à la discussion. « Le seul mot qui doit rester de tout ça,c’est UNITÉ. Tout le monde s’accorde à dire qu’on est tous dans le même bateau ». En rajoutant que « la division est très vendeur» et notamment dans la presse. Ça donne un aspect hollywoodien, chaud et ça amène le public à venir lire. Même 42info peut dire que la division fait vendre. C’est ce que fait la presse écrite locale, comme les sites d’actualités digitaux. Mais « pour un territoire, il faut à tout prix de la cohésion» dit Josselin Durand. Il martèle ceci: « être utiles, cohérents, unis et travailler ensemble. De cette unité, vont naître des choses incroyables ». Pour la direction de Steel, on a cristallisé une peur du centre commercial, voire une haine parfois alors que le but n’est pas là. L’équipe continue de travailler pour que la Loire, Saint-Étienne et les commerces aillent mieux. Finies les divisions, place à cette unité qui va faire avancer l’ensemble des acteurs de l’économie.

 

Un extrait des décos à Steel :

 

Les autres infos