Printant viré pour faute grave par l’ASSE. Il réclame 1,5M d’euros

Mis sur la touche par l’AS Saint-Eti­enne début octo­bre, Ghis­lain Print­ant vient d’ap­pren­dre qu’il était viré pour faute grave. L’an­cien coach des Verts va atta­quer l’ASSE aux prud’hommes et réclame 1,5ME.

Entre Ghis­lain Print­ant et l’AS Saint-Eti­enne. L’histoire d’amour aura été courte et en plus elle se ter­mine mal. En effet, mis à l’écart depuis le 4 octo­bre, le désor­mais ancien entraîneur des Verts a été infor­mé par les dirigeants de l’ASSE qu’il était licen­cié pour faute grave. Ce qui sig­ni­fie que Print­ant ne touchera pas un seul cen­time, alors qu’il avait encore 21 mois de con­trat avec le club du Forez.

Mal­gré une ten­ta­tive de con­cil­i­a­tion devant l’instance spé­cial­isée de la LFP, aucun accord n’a été trou­vé et le duo Romey­er-Caïaz­zo a donc décidé de frap­per fort en reprochant à Ghis­lain Print­ant des pro­pos publics et des déci­sions internes.

Selon L’Equipe, l’ancien coach de l’AS Saint-Eti­enne, rem­placé depuis par Claude Puel, ne va pas en rester là et son avo­cat va rapi­de­ment se met­tre en action. Ghis­lain Print­ant va en effet saisir les Prud’hommes, afin d’obtenir des indem­nités à hau­teur de 1,5ME.

Le quo­ti­di­en sportif affirme que face à l’attitude vis­i­ble­ment très remon­tée de leur ancien tech­ni­cien, et pas con­va­in­cu d’avoir gain de cause en jus­tice, les dirigeants de l’ASSE pour­raient revenir à la table des négo­ci­a­tions afin d’éviter un débal­lage et surtout une somme con­séquente à pay­er tôt ou tard. Un bon accord vaut mieux qu’un mau­vais procès.

Les autres infos