Prison de La Talaudière : Gaël Perdriau ne participera pas à la visite du Garde des Sceaux

Dans un com­mu­niqué, Gaël Per­dri­au explique qu’il ne par­ticipera pas ce ven­dre­di, à la vis­ite de Nicole Bel­lou­bet, Garde des Sceaux à Saint-Eti­enne.

Le maire de Saint-Eti­enne ne sera pas au ren­dez-vous en expli­quant : « La sit­u­a­tion car­cérale, en France, régulière­ment mise en cause sur le plan inter­na­tion­al, devient dra­ma­tique. A ce jour, on compte 70.519 per­son­nes incar­cérées pour 59.870 places soit un taux d’occupation de 118%. Les sanc­tions doivent être effec­tives et pro­por­tion­nelles chaque fois que des actes crim­inels ou délictueux sont com­mis. Pour autant, si on souhaite que les peines soient réelle­ment effi­caces et qu’elles offrent une per­spec­tive crédi­ble de réin­ser­tion dans la société, afin d’éviter tout risque de récidive (En France il dépasse la barre des 60%), nous devons mod­erniser les pris­ons et surtout en con­stru­ire des nou­velles. Faute de quoi, nous serons tou­jours con­fron­tés à un prob­lème de sur­pop­u­la­tion qu’il sera aisé de con­tourn­er en se mon­trant moins ferme sur les peines de prison ». annonce Gaël Per­dri­au.

Pour le maire : « Ces nou­veaux équipements répon­dent à un triple objec­tif. D’abord et avant toute chose, per­me­t­tre à la Jus­tice de pronon­cer des peines réelle­ment effi­caces afin de mieux pro­téger les citoyens. Ensuite, ils doivent offrir de meilleures con­di­tions de tra­vail aux per­son­nels péni­ten­ti­aires qui, aujourd’hui, exer­cent leurs mis­sions dans des con­di­tions extrême­ment dif­fi­ciles. Enfin, il faut aus­si pro­pos­er des con­di­tions de déten­tion dignes afin de pré­par­er une réin­ser­tion qui doit être la suite logique de la pri­va­tion de lib­erté pour le con­damné ».

La maire de Saint-Eti­enne annonce que la prison de la Talaudière est un exem­ple de cette lente dérive du sys­tème péni­ten­ti­aire français. Pour le maire de Saint-Eti­enne, cet l’outil de tra­vail s’est forte­ment dégradé à cause d’investissements trop sou­vent dif­férés et avec une sur­pop­u­la­tion de 132% la sit­u­a­tion empire régulière­ment.

Gaël Per­dri­au con­tin­ue son expli­ca­tion : « En 2016, le gou­verne­ment de l’époque avait lancé un plan nation­al de 33 pro­jets péni­ten­ti­aires représen­tant 16 000 places sup­plé­men­taires, et pour lequel le bud­get avait été inscrit. L’aire stéphanoise comp­tait au nom­bre de ces pro­jets avec des crédits inscrits (70 mil­lions d’euros) per­me­t­tant de con­stru­ire un nou­veau bâti­ment source, aus­si, de nom­breux emplois directs et indi­rects. Cette nou­velle mai­son d’arrêt aurait per­mis d’ap­porter une réponse con­crète à la dégra­da­tion de celle située à La Talaudière dev­enue com­plète­ment obsolète pour les caus­es que je viens d’expliquer. Dans ces con­di­tions, j’ai décidé de ne par­ticiper à aucun temps de la vis­ite de madame le Garde des Sceaux à l’exception de la remise des Insignes de Cheva­lier de l’Ordre nation­al du Mérite à mon­sieur Bap­tiste Bon­net, doyen de la Fac­ulté de droit de Saint-Eti­enne et qui vient dis­tinguer l’engagement d’un uni­ver­si­taire et prati­cien du droit au ser­vice du ray­on­nement de notre ter­ri­toire ».

Les autres infos