Prison de La Talaudière : Gaël Perdriau ne par­ti­ci­pe­ra pas à la visite du Garde des Sceaux

Dans un com­mu­ni­qué, Gaël Perdriau explique qu’il ne par­ti­ci­pe­ra pas ce ven­dre­di, à la visite de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux à Saint-Etienne.

Le maire de Saint-Etienne ne sera pas au ren­dez-vous en expli­quant : « La situa­tion car­cé­rale, en France, régu­liè­re­ment mise en cause sur le plan inter­na­tio­nal, devient dra­ma­tique. A ce jour, on compte 70.519 per­sonnes incar­cé­rées pour 59.870 places soit un taux d’occupation de 118%. Les sanc­tions doivent être effec­tives et pro­por­tion­nelles chaque fois que des actes cri­mi­nels ou délic­tueux sont com­mis. Pour autant, si on sou­haite que les peines soient réel­le­ment effi­caces et qu’elles offrent une pers­pec­tive cré­dible de réin­ser­tion dans la socié­té, afin d’éviter tout risque de réci­dive (En France il dépasse la barre des 60%), nous devons moder­ni­ser les pri­sons et sur­tout en construire des nou­velles. Faute de quoi, nous serons tou­jours confron­tés à un pro­blème de sur­po­pu­la­tion qu’il sera aisé de contour­ner en se mon­trant moins ferme sur les peines de pri­son ». annonce Gaël Perdriau.

Pour le maire : « Ces nou­veaux équi­pe­ments répondent à un triple objec­tif. D’abord et avant toute chose, per­mettre à la Justice de pro­non­cer des peines réel­le­ment effi­caces afin de mieux pro­té­ger les citoyens. Ensuite, ils doivent offrir de meilleures condi­tions de tra­vail aux per­son­nels péni­ten­tiaires qui, aujourd’hui, exercent leurs mis­sions dans des condi­tions extrê­me­ment dif­fi­ciles. Enfin, il faut aus­si pro­po­ser des condi­tions de déten­tion dignes afin de pré­pa­rer une réin­ser­tion qui doit être la suite logique de la pri­va­tion de liber­té pour le condam­né ».

La maire de Saint-Etienne annonce que la pri­son de la Talaudière est un exemple de cette lente dérive du sys­tème péni­ten­tiaire fran­çais. Pour le maire de Saint-Etienne, cet l’outil de tra­vail s’est for­te­ment dégra­dé à cause d’investissements trop sou­vent dif­fé­rés et avec une sur­po­pu­la­tion de 132% la situa­tion empire régulièrement.

Gaël Perdriau conti­nue son expli­ca­tion : « En 2016, le gou­ver­ne­ment de l’époque avait lan­cé un plan natio­nal de 33 pro­jets péni­ten­tiaires repré­sen­tant 16 000 places sup­plé­men­taires, et pour lequel le bud­get avait été ins­crit. L’aire sté­pha­noise comp­tait au nombre de ces pro­jets avec des cré­dits ins­crits (70 mil­lions d’euros) per­met­tant de construire un nou­veau bâti­ment source, aus­si, de nom­breux emplois directs et indi­rects. Cette nou­velle mai­son d’arrêt aurait per­mis d’ap­por­ter une réponse concrète à la dégra­da­tion de celle située à La Talaudière deve­nue com­plè­te­ment obso­lète pour les causes que je viens d’expliquer. Dans ces condi­tions, j’ai déci­dé de ne par­ti­ci­per à aucun temps de la visite de madame le Garde des Sceaux à l’exception de la remise des Insignes de Chevalier de l’Ordre natio­nal du Mérite à mon­sieur Baptiste Bonnet, doyen de la Faculté de droit de Saint-Etienne et qui vient dis­tin­guer l’engagement d’un uni­ver­si­taire et pra­ti­cien du droit au ser­vice du rayon­ne­ment de notre ter­ri­toire ».

Les autres infos