Prison de La Talaudière : Gaël Perdriau ne participera pas à la visite du Garde des Sceaux

Nativus.fr

Dans un communiqué, Gaël Perdriau explique qu’il ne participera pas ce vendredi, à la visite de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux à Saint-Etienne.

Le maire de Saint-Etienne ne sera pas au rendez-vous en expliquant : « La situation carcérale, en France, régulièrement mise en cause sur le plan international, devient dramatique. A ce jour, on compte 70.519 personnes incarcérées pour 59.870 places soit un taux d’occupation de 118%. Les sanctions doivent être effectives et proportionnelles chaque fois que des actes criminels ou délictueux sont commis. Pour autant, si on souhaite que les peines soient réellement efficaces et qu’elles offrent une perspective crédible de réinsertion dans la société, afin d’éviter tout risque de récidive (En France il dépasse la barre des 60%), nous devons moderniser les prisons et surtout en construire des nouvelles. Faute de quoi, nous serons toujours confrontés à un problème de surpopulation qu’il sera aisé de contourner en se montrant moins ferme sur les peines de prison ». annonce Gaël Perdriau.

Pour le maire : « Ces nouveaux équipements répondent à un triple objectif. D’abord et avant toute chose, permettre à la Justice de prononcer des peines réellement efficaces afin de mieux protéger les citoyens. Ensuite, ils doivent offrir de meilleures conditions de travail aux personnels pénitentiaires qui, aujourd’hui, exercent leurs missions dans des conditions extrêmement difficiles. Enfin, il faut aussi proposer des conditions de détention dignes afin de préparer une réinsertion qui doit être la suite logique de la privation de liberté pour le condamné ».

La maire de Saint-Etienne annonce que la prison de la Talaudière est un exemple de cette lente dérive du système pénitentiaire français. Pour le maire de Saint-Etienne, cet l’outil de travail s’est fortement dégradé à cause d’investissements trop souvent différés et avec une surpopulation de 132% la situation empire régulièrement.

Gaël Perdriau continue son explication : « En 2016, le gouvernement de l’époque avait lancé un plan national de 33 projets pénitentiaires représentant 16 000 places supplémentaires, et pour lequel le budget avait été inscrit. L’aire stéphanoise comptait au nombre de ces projets avec des crédits inscrits (70 millions d’euros) permettant de construire un nouveau bâtiment source, aussi, de nombreux emplois directs et indirects. Cette nouvelle maison d’arrêt aurait permis d’apporter une réponse concrète à la dégradation de celle située à La Talaudière devenue complètement obsolète pour les causes que je viens d’expliquer. Dans ces conditions, j’ai décidé de ne participer à aucun temps de la visite de madame le Garde des Sceaux à l’exception de la remise des Insignes de Chevalier de l’Ordre national du Mérite à monsieur Baptiste Bonnet, doyen de la Faculté de droit de Saint-Etienne et qui vient distinguer l’engagement d’un universitaire et praticien du droit au service du rayonnement de notre territoire ».