RÉMY CABELLA : “la prio­ri­té c’est Ghislain Printant”

Auteur d’une superbe sai­son avec l’ASSE, Remy Cabella s’est ensuite envo­lé en Sardaigne pour y affron­ter avec la Corse la toute nou­velle sélec­tion sarde. Pour l’oc­ca­sion, il a accor­dé un entre­tien à ONZE MONDIAL où il clame son amour pour son île, revient sur la sai­son des Verts et se penche sur l’exer­cice 2019–2020 et la Ligue Europa.

Tout d’abord, qu’est-ce que ça te fait de repré­sen­ter ton île ?

C’est que du bon­heur parce qu’on repré­sente quelque chose. Je le res­sens comme cela. Ça me fait chaud au cœur d’apprendre que je vais jouer pour la Corse. J’attends ce match avec impa­tience, c’est incroyable. Même quand j’étais à l’entraînement avec l’ASSE, je leur disais, ne me bles­sez pas j’ai un match avec la sélec­tion. Ça me tient tel­le­ment à cœur de repré­sen­ter mon pays, car pour moi c’est comme un pays, c’est beau.

On a l’impression de voir une bande de potes, c’est le cas ?

C’est exac­te­ment ça. Que de la bonne ambiance, tout le monde se retrouve même si cer­tains se côtoient en jouant contre ou dans la même équipe. Ce n’est pas les vacances, car il y a le match, mais c’est une bande de potes qui rigole, qui s’amuse, qui pro­fite et on ter­mi­ne­ra par cette rencontre.

Quel est l’enjeu de ce match pour toi ?

Gagner, gagner. De toute façon, dans tout ce que je fais, je ne pense qu’à gagner. Même lors des matchs ami­caux, je veux gagner, ça ne veut rien dire pour moi « ami­cal ». Comme l’a dit le coach, pour qu’on entende par­ler de nous, il faut gagner. Si tu gagnes, on va par­ler de toi et ça montre une bonne image de nous, ça prou­ve­ra qu’on a envie de mon­trer quelque chose. On vit un super moment, c’est magni­fique. J’aurais aimé que ça dure un peu plus long­temps, qu’on pro­fite plus !



Les autres infos